Aide à la jeunesse : les travailleurs se mobilisent pour aider les parents

25/05/20
Aide à la jeunesse: les travailleurs se mobilisent pour aider les parents

« Ecoute parentalité Brabant Wallon » est un projet solidaire à visée préventive. Il est le fruit d’une réflexion entre professionnels du secteur, confrontés aux nouveaux questionnements des parents liés au contexte actuel.

La crise sanitaire du Covid-19 engendre une crise sociale pour une grande partie de la population, notamment pour certains parents qui risquent de se retrouver déstabilisés par ce contexte anxiogène. Ils doivent s’y adapter tout en répondant à de multiples contraintes et obligations (être en télétravail ou être angoissé par l’instabilité de son travail, occuper leurs enfants, adopter le rôle de professeur, gérer les tâches quotidiennes, …).

« Nous n’osons imaginer la détresse pour tous ces parents, qui ne sont pas accompagnés par un professionnel, et pour qui l’éducation des enfants au quotidien pose un réel problème… Certaines situations pourraient malheureusement se transformer en drame familial », pointe Thierry Verdeyen, directeur d’Amarrage, qui accueille et accompagne des jeunes de 3 à 18 ans qui sont en situation de danger dans leur milieu familial..

Ces familles peuvent avoir besoin d’une écoute, dans l’anonymat, leur permettant ainsi d’exprimer leur ressenti sans être jugés. Ce contact pourra leur permettre de relâcher la pression, d’être réorientés vers d’autres services du Brabant Wallon (les professionnels intégrés dans ce projet ont une bonne connaissance du réseau), ou leur offrir tout simplement un certain soulagement.

Union de douze associations

Le numéro gratuit 0800/59 0 50 est accessible du lundi au vendredi de 9h à 17h pour ces parents dans le besoin. Ils bénéficieront d’une écoute attentive par des professionnels de l’aide à l’enfance et à l’adolescence.

Cette équipe d’écoute peut voir le jour grâce à la solidarité des employeurs et à la bonne volonté de leurs travailleurs. En effet, des employeurs du secteur relevant de l’enfance et de l’adolescence ont accepté de libérer pour ce projet des travailleurs pour quelques heures par semaine. Cela représente plus d’une vingtaine de travailleurs, issus de 12 associations : Archipel, la Chaloupe AMO, La Chataigneraie, Le Traversier, Le Logis, L’Hacienda, Les Petits Sapins de Waterloo, Le COO Van Durme, L’Amarrage, Plan J, ONE, Antenne 110.

[Sur le même sujet] :
- Visites autorisées et encadrées dans les centres d’aide à la jeunesse
- Confinement : le quotidien chamboulé des enfants placés
- Aide à la Jeunesse : le confinement renforce les inégalités
- Coronavirus : le dilemme pesant des AMO pendant le confinement
- Aide à la jeunesse : "Nous sommes les parents pauvres de la crise"
- Aide à la jeunesse : recrutement de personnel dans les services d’hébergement
- Béatrice, éducatrice dans la petite enfance, lance un coup de gueule



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus