CPAS de Schaerbeek : les travailleurs sociaux se font entendre lors d'un Conseil communal exceptionnel

09/04/21
CPAS de Schaerbeek : les travailleurs sociaux se font entendre lors d'un Conseil communal exceptionnel

Suite à la grève du 30 mars dernier au sein du CPAS de Schaerbeek, un Conseil communal exceptionnel a été réuni à la demande de l’opposition. La directrice de la structure, Sophie Querton, s’est notamment exprimée face aux demandes et aux inquiétudes du personnel.

Un personnel au bord de la rupture

Cette fois c’en est trop. Après la grève de mardi dernier qui visait à mettre en lumière les revendications des membres du CPAS (assistants sociaux et administratifs) de Schaerbeek et la réalité de leur travail au quotidien (conditions de travail pénibles, manque de considération des élus locaux envers les travailleurs de terrain), c’est cette fois un Conseil communal exceptionnel qui a été organisé, sur demande de l’opposition.

Les membres du Conseil se sont ainsi directement adressés à la directrice du CPAS, Sophie Querton, laquelle justifie dans un premier temps les difficultés rencontrées par la crise sanitaire, qui a provoqué l’arrivée de nouveaux candidats au revenu d’intégration (étudiants, parents seuls, personnes d’origine étrangère, indépendants et même des membres du secteur de la culture, peu aidés par les services de l’état) : “Depuis mars 2020, la pression sur les travailleurs sociaux n’a fait qu’augmenter”, a-t-elle déclaré à BX1. Elle promet en revanche une hausse à venir du budget du CPAS de Schaerbeek et s’engage à faciliter l’engagement de nouveaux travailleurs sociaux.

- Lire aussi : Les travailleurs sociaux des CPAS vont crouler sous les demandes

A quand la réconciliation ?

Malgré cela, le camp d’opposition reste sceptique. Le conseiller communal Cédric Mahieu (cdH) affirme que la commune n’a apporté que trop peu de réponses et que la source du problème est plus ancienne : “La majorité, avec beaucoup de condescendance, ne prend pas la mesure de ce qui se passe au CPAS depuis deux ans et n’est pas prête à prendre des engagements concrets pour recadrer la présidente du CPAS et retrouver la confiance des travailleurs et citoyens-bénéficiaires“, dit-il à BX1.

Selon lui, un fossé s’est déjà creusé en amont entre les dirigeants et les travailleurs du secteur et ses bénéficiaires. Les membres d’opposition regrettent également l’absence de représentants des travailleurs au Conseil. Ils ont enfin demandé à ce qu’un vote de confiance soit destiné prochainement à la présidente du CPAS.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus