Déconfinement : quelles mesures pour l’insertion professionnelle ?

Déconfinement : quelles mesures pour l'insertion professionnelle ?

L’insertion professionnelle de nombreux d’adultes peu qualifiés a été entravée par la crise sanitaire. A l’heure du déconfinement, quelles mesures peuvent-être prises pour lutter contre la déqualification sociale ?

La crise a compliqué l’insertion professionnelle des personnes peu qualifiées. Déjà fragilisée, cette catégorie de la population s’est retrouvée démunie de toute possibilité d’intégration sociale et économique. En cette période de rentrée, les activités de formation dans les centres d’insertion socioprofessionnelle (CISP) reprennent, avec comme enjeu l’adaptation des services aux réalités actuelles.

- [A lire] : Quel est le rôle du conseiller en insertion professionnelle ?

Renouer des liens et mettre en confiance

Avec la rentrée, la reprise des cours en présentiel représente déjà un premier pas vers la réinsertion sociale et professionnelle. D’une part, les demandeurs d’emploi reprendront leur formation, leur permettant d’avancer dans leur apprentissage du métier. D’autre part, isolés depuis un certain temps, ils pourront enfin retisser des liens sociaux. Il est essentiel dans cette étape de les mettre en confiance afin que leur parcours se passe pour le mieux. A cet effet, les centres d’insertion doivent offrir un accueil et un accompagnement qui soutiennent le projet de vie de ces individus en accord avec leurs besoins réels et droits fondamentaux.

Prendre en compte les réalités d’aujourd’hui

Interruption des formations, restriction des contacts sociaux, difficultés dans la recherche d’emploi... Les demandeurs d’emploi se retrouvent avec encore moins de moyens qu’auparavant pour entreprendre l’insertion sociale et économique. La crise a donc aggravé les inégalités sociales. C’est pourquoi il faut fournir un accompagnement renforcé en tenant compte de la vulnérabilité multidimensionnelle (économique, sociale et politique) de ces individus, une fragilité exacerbée par la crise. Il faudra également adapter les services et les formations en fonction du marché du travail en pleine mutation à cause de la pandémie qui a compliqué l’insertion professionnelle.

Augmenter les moyens financiers et structurels

L’amélioration de la qualité des accompagnements ainsi que l’adaptation des prestations au vu des circonstances et des problèmes posés nécessitent des aides financières complémentaires de la part du gouvernement. Outre le refinancement, à long terme, il faudrait mettre en place des mesures structurelles (comme une réforme de l’accompagnement des demandeurs d’emploi) pour le secteur social afin de lutter contre la déqualification et les inégalités sociales. Aujourd’hui, la crise offre l’opportunité de changer et de restructurer le modèle existant pour aboutir à une société plus inclusive et plus égalitaire.

- [A lire] : Malaise dans l’insertion socio-professionnelle : une pétition en ligne



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus