Enseignement spécialisé : la création des pôles territoriaux approuvée

Enseignement spécialisé: la création des pôles territoriaux approuvée

Le dispositif des pôles territoriaux sera mis en place dès septembre 2021 en Fédération Wallonie-Bruxelles. La réforme de l’enseignement spécialisé, visant à mieux intégrer les enfants à besoins spécifiques dans l’école ordinaire, a été approuvée.

Le 11 décembre, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé en première lecture le décret portant sur la création des pôles territoriaux. Ceux-ci entreront en vigueur dès la rentrée scolaire 2021. Pour rappel, ces pôles se composent d’équipes pluridisciplinaires (éducateurs, logopèdes...) qui serviront à accompagner un enfant à besoins spécifiques dans l’enseignement ordinaire. Cette mesure, qui fait suite à la suppression des intégrations temporaires totales, s’inscrit dans le cadre du Pacte d’Excellence.

- [A lire] : La ministre de l’Éducation répond à l’enseignement spécialisé

"La meilleure voie pour chaque enfant”

L’accompagnement d’un élève à besoins spécifiques dans l’enseignement ordinaire s’appuie aujourd’hui sur le mécanisme d’Intégration : quand il passe d’une école spécialisée à une école ordinaire, il reçoit quelques heures supplémentaires de soutien de la part d’un professionnel du spécialisé.

Selon la ministre de l’Enseignement, Caroline Désir (PS), ce système n’est pas assez efficace et doit être réformé afin de mieux accompagner les enfants à besoins spécifiques. “Les études menées dans le cadre du Pacte d’Excellence ont démontré que le mécanisme actuel n’était pas mis en place avec le même succès partout. Certains élèves à besoins spécifiques se voyaient ainsi, de facto, privés d’un accompagnement destiné à les aider dans leur scolarité”, explique-t-elle dans une circulaire. En outre, malgré les outils mis en place, le nombre d’élèves dans l’enseignement spécialisé a augmenté de 17% en 10 ans contre 5% dans l’ensemble scolaire, selon les chiffres du cabinet de l’Education.

“Notre volonté est avant tout de s’assurer que chaque enfant bénéficie de l’enseignement qui correspond le mieux à ses besoins”, souligne Caroline Désir dans la circulaire. “Pour une partie d’entre eux, l’enseignement spécialisé joue ce rôle à merveille et la Belgique est d’ailleurs réputée pour la très grande qualité de cet enseignement. Mais pour d’autres élèves ayant un handicap ou un trouble d’apprentissage, l’enseignement ordinaire peut être une voie enrichissante. Notre rôle est de trouver la meilleure voie pour chaque enfant ! ”

La mutualisation des ressources

Les pôles territoriaux seront constitués d’équipes formées de professionnels de l’enseignement spécialisé et du paramédical (enseignants, éducateurs, kinés...) et seront attribués à une école spécialisée qualifiée d’”école siège”. Celle-ci désignera un responsable chargé de gérer les équipes et les budgets alloués. Ensuite, l’école ordinaire en charge d’un enfant à besoins spécifiques qui souhaiterait bénéficier de leurs services devra signer une convention avec le pôle situé dans sa zone.

Ainsi, les moyens ne seront plus octroyés à un élève en particulier mais dépendront des pôles qui répartiront les budgets en fonction des besoins des enfants dans son territoire. L’objectif des autorités est de répartir plus efficacement le budget. Cette mutualisation des ressources permettra à l’école de “mettre en place des aménagements qui bénéficieront à la fois aux élèves et à leur équipe éducative”, déclare Caroline Désir.

La ministre de l’Education prévoit de créer 70 pôles territoriaux d’ici la rentrée 2022. Une période de 5 ans est prévue pour mener à bien la transition vers ce nouveau système et plus particulièrement, pour que chaque élève inscrit dans le mécanisme actuel de l’intégration continue à bénéficier du même accompagnement. Par ailleurs, le dispositif des intégrations permanentes totales sera maintenu en parallèle. Enfin, le budget de plus 100 millions d’euros pour l’enseignement spécialisé est conservé pour l’année 2020-2021, rassure-t-elle.

- [A lire] : Des directeurs de l’enseignement spécialisé à la ministre Désir : "Nous sommes fatigués d’improviser"



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus