Handicap : renfort de l'offre de répit pour les proches

16/11/22
Handicap : renfort de l'offre de répit pour les proches

Afin de répondre à l’augmentation des demandes des familles et aidants proches des personnes en situation de handicap, le Gouvernement de Wallonie, va augmenter l’offre de répit. Le budget total dédicacé aux services va être augmenté de 3 millions d’euros.

Depuis 2014, la Région wallonne soutient 21 services de répit destinés aux familles et aidants proches des personnes en situation de handicap.

Concrètement, ces services permettent aux personnes d’être accompagnées, épaulées et de s’octroyer un peu de recul. Les formes de répit proposées sont multiples : une garde à domicile, une activité de groupe ou résidentielle temporaire, un dépannage en situation d’urgence, etc.

 Découvrez : Le podcast de Fanny, fondatrice de la Casa Clara, une maison de répit

Un appel à projets à destination des 21 services agréés et subventionnés

Les parents et les proches de personnes en situation de handicap ont davantage besoin de souffler, de s’accorder du répit. Ils doivent aussi préserver un équilibre familial et professionnel fragile en plus de jouer le rôle de soignant, d’infirmier, de kinésithérapeute,…

Face à cette situation, le Gouvernement de Wallonie, à l’initiative de la Vice-présidente et Ministre de l’Action sociale, Christie Morreale, vient de marquer son accord pour augmenter l’offre de répit. Cette mesure, qui s’inscrit dans le cadre du Plan de relance, va augmenter de 3 millions d’euros le budget total dédicacé aux services jusqu’en 2025.

« Il s’agit d’une augmentation de plus de 31% du budget total des services de répit actuellement actif en Wallonie pour engager du personnel complémentaire et permettre ainsi aux familles, proches et personnes en situation de handicap de souffler davantage. Permettre aux personnes les plus fragiles de bénéficier de la meilleure autonomie possible et soutenir leurs aidants proches constitue par ailleurs un des axes majeurs des politiques wallonnes en matière de handicap », souligne Christie Morreale.

 Lire aussi : Témoignage d’une jeune aidant proche : "Mes moments de bulle, c’est lorsque je ne suis plus responsable de ma maman"

Cette nouvelle mesure, enclenchée aujourd’hui sous la forme d’un appel à projets à destination des 21 services agréés et subventionnés par l’AVIQ, traduit la volonté du Gouvernement wallon de poursuivre une stratégie de désinstitutionalisation et de non-institutionnalisation en faveur des personnes en perte d’autonomie.

En 2019, les services de répit ont permis de soutenir 819 personnes ne bénéficiant d’aucune autre prise en charge institutionnelle.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus