"Il est temps de faire votre job", lance le SETCa aux politiques

Ce samedi 16 mai, dans l’après-midi, Sophie Wilmès, la Première ministre belge rendait visite à l’hôpital Saint-Pierre de Bruxelles. Elle a été accueillie par la défiance des travailleurs, qui ont choisi de tourner le dos à son cortège, formant une haie de déshonneur. Une manière pour le secteur de montrer sa colère face à la manière dont les acteurs de terrain sont traités par la classe politique. Si Sophie Wilmès a tenté de nouer le dialogue, sa ministre de l’Energie Marie-Christine Marghem, a préféré dézinguer l’initiative sur les réseaux. Cette réaction négative a scandalisé le secteur, notamment le SETCa. De quoi creuser un peu plus le fossé entre professionnels de la santé et représentants politiques.

Pour reprendre les mots parus dans Le Soir : c’est l’image du week-end. Une de ces images qui vaut mille mots. Une centaine d’infirmiers, de médecins, de pompiers et autres travailleurs administratifs et de nettoyage ont décidé de tourner le dos au cortège de Sophie Wilmès, venue rendre visite à l’hôpital Saint-Pierre, dans la capitale. Formant une haie de déshonneur, les frondeurs, dans un mouvement qu’ils déclarent comme spontané, apolitique et pas organisé par les syndicats, ont attiré l’attention de la Première.

Elle a tout de suite réagi en reportant sa visite de quelques minutes pour nouer un dialogue avec les représentants des travailleurs sur places. La rencontre a duré une quarantaine de minutes. Nul doute que le sujet principal a été celui des deux arrêtés royaux pris par la ministre de la Santé Maggie De Block. Ces derniers, autorisant la réquisition du personnel de santé en cas de deuxième vague et la pratique de soins infirmiers par des citoyens non-formés et non-compétents, ont mis le feu aux poudres.

Pour apaiser les choses, Sophie Wilmès a promis que la question de la revalorisation des métiers de la santé serait sur la table lors des négociations gouvernementales. Malheureusement, cette initiative du personnel de l’hôpital Saint-Pierre n’a pas fait l’unanimité. La ministre de l’Energie Marie-Christine Marghem a dénoncé une « instrumentalisation politique » et fustigé le comportement des travailleurs allant même jusqu’à qualifier ces actions de « ridicules » dans un post écrit sur les réseaux sociaux.

Le gouvernement « se moque de nous »

Cette réaction, supprimée dans la foulée, n’a pas manqué de jeter de l’huile sur le feu. Elle a provoqué la réaction du SETCa, qui a répondu à Marie-Christine Marghem dans un communiqué. En voilà un extrait : « Le gouvernement ne rate décidément pas une occasion de confirmer ce que nous savions déjà : il se moque de nous ! C’est également le sentiment partagé par les travailleurs du secteur de la santé et de l’aide aux personnes. (…) Se faire qualifier de ‘déserteurs’ et ‘d’enfants gâtés’ par ces mêmes politiques qui accordent si peu d’importance à leur sort depuis trop longtemps est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. »

Là encore, les deux arrêtés royaux sont identifiés comme la source du problème : « La publication récente de deux AR portant sur la réquisition et la délégation élargie d’actes pris dans le secteur infirmier, et ce, sans concertation et sans balise crée de nouvelles inquiétudes et de vives tensions. Nous n’en voulons pas de ces arrêtés. Ils sont une mauvaise réponse à un vrai problème, ils ne sont que l’arbre qui cache la forêt ».

Les revendications sont claires dans ce communiqué. L’organisation syndicale l’assure : « Ce que la crise a montré est l’urgence d’un réinvestissement dans le secteur du soin et de l’aide aux personnes. Depuis des années, les travailleurs ont répondu présents, ils ont fait le job parfois même sans moyens de protection. Certains en ont payé le prix fort. Mesdames et messieurs les politiques, il est temps de faire votre job et de mettre les moyens pour refinancer durablement la sécurité sociale, pour rendre attractif les secteurs du non-marchand tant au niveau des conditions de travail que salariale ». Le torchon brûle entre les travailleurs et les politiques, et il faudra toute la bonne volonté de la Première ministre pour améliorer la situation.

C.D.

[Sur le même sujet] :
- La fracture entre Maggie De Block et le secteur de la santé s’élargit
- Les nouvelles mesures de Maggie De Block indignent les infirmiers !
- "Le coronavirus dévoile la gestion défaillante des hôpitaux"
- Coronavirus : les soignants vont le payer cher et c’est insoutenable !
- "C’est la première fois que j’ai peur de mourir en allant travailler..."



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus