Infirmiers : SOS, le cri de détresse

Infirmiers : SOS, le cri de détresse

Après des tentatives de dialogue infructueuses avec le gouvernement, les praticiens de l’art infirmier, associés au syndicat Union4U, ont décidé de “ lancer un SOS” pour alerter sur la nécessité de réformer le secteur. Un double-évènement est prévu ce dimanche 20 juin.

“Le temps des applaudissements sourds et non entendus est révolu. Le moment est venu de faire entendre notre voix, notre détresse, en d’autres mots, notre SOS”, nous a communiqué le Syndicat Autonome Belge des Praticiens de l’Art Infirmier, Union4U.

Celui-ci lance un appel à la mobilisation en organisant le 20 juin à 14h une manifestation au Mont des Arts de Bruxelles.

Un soutien à deux vitesses

Le syndicat en appelle à la solidarité collective. Dans un premier temps, les Belges sont donc invités à montrer un drap blanc à leur fenêtre, en guise de soutien au personnel soignant éprouvé depuis des mois. Le but est aussi d’attirer enfin l’attention des autorités.

En parallèle, un rassemblement des professionnels du secteur, principalement les aides-soignant.e.s et les infirmier.ère.s, aura ensuite lieu à 14h au Mont des Arts : ceux-ci ont pour projet de former un SOS géant filmé par un drone dans le but d’éveiller les consciences des classes politiques.

Une marche sera ensuite organisée vers la Place Albertine pour prendre place sur les marches et énoncer les revendications. L’action se terminera par des applaudissements sans bruit faisant référence “à la surdité de notre monde politique”.

- Lire aussi : Engager du personnel infirmier : pas un coût, un investissement !

Une revalorisation de la profession est demandée depuis déjà plusieurs mois alors que le manque de moyens humains et financiers se fait de plus en plus ressentir, et c’est toute l’attractivité de la profession qui en pâtit. “Notre métier, nos spécialités doivent être valorisées et nos compétences reconnues à leurs justes valeurs. La crise du Coronavirus a montré l’importance de notre secteur et l’importance que chacune et chacun d’entre nous avons au sein de notre société”, défend Thierry Lothaire, fondateur président d’Union4U.

Un cri fort

Par cette action, le syndicat souhaite “vaincre l’illogisme et l’incompétence politique. Car les vrais héros de cette crise, c’est bien les aides soignant.e.s, les infirmier.ère.s et tous les acteurs de la santé. Faisons entendre notre voix ! Faisons entendre notre SOS au monde politique.”

Union4U est né de la volonté d’un petit groupe d’infirmiers et infirmières bénévoles travaillant tou.te.s dans le secteur de la santé.

Leurs revendications sont claires :

- Les soins sont et doivent être envisagés comme un investissement et non un coût ! Il faut arrêter de faire des économies sur les soins de santé !

- Il faut remettre plus de praticiens au chevet des patients. Il faut redonner le sens même du soin en permettant aux professionnels que nous sommes de prodiguer les soins et ne plus être absorbés et aliénés dans la bureautique, la logistique ou toute autre activité.

- Nous permettre de suivre des formations tout au long de notre carrière sans être une charge pour les collègues si nous sommes en nombre trop restreint.

- Nous garantir une rémunération attractive vraiment correspondante à nos formations, à nos expertises et responsabilités et transformer l’octroi de primes ‘one shoot’ et/ou des chèques repas en salaire pérenne.

- Nous donner enfin la place qui est nôtre dans les organes de décision où sont envisagées stratégie de soins, formations des soignants et procédures nous y incluant. Nous sommes des professionnels autonomes, dotés d’expertise et de réflexion et nous ne voulons plus de tutelle.

Plus d’informations sur le site de l’Union4U, www.union4u.be



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus