L'obstacle de l'origine ethnique pour la location

30/08/02

Pour ceux qui bénéficient d’un faible revenu, se loger à Bruxelles est devenu un vrai parcours du combattant. L’origine ethnique est un obstacle supplémentaire. C’est ce qu’annonce conjointement le Centre pour l’Egalité des Chances et la Lutte contre le racisme et le groupe ALARM (Action pour le Logement Accessible aux Réfugiés à Molenbeek), groupe créé à l’initiative de la Maison de quartier Bonnevie.

Ce constat se base sur un testing de 200 annonces de logements à louer. 65 propriétaires ont été contactés, d’abord par des personnes d’origine étrangère, puis par des personnes d’origine belge.
Parmi ceux-ci, 58% ont donné des réponses différentes aux belges et aux personnes d’origine étrangère. Si le locataire se présentait comme réfugié politique, il se voyait prétexter que le bien était déjà loué, faisait l’objet d’une option...
Dans l’autre moitié des cas, le propriétaire refusait tout simplement de poursuivre la visite.

ALARM et le Centre dénoncent ces situations et demandent à la Région bruxelloise que des moyens supplémentaires soient dégagés pour la création de logements sociaux et le soutien aux agences immobilières sociales (AIS).
Ils demandent également que la loi contre la traite des êtres humains soit appliquée pour les propriétaires exploiteurs de misère , que les propriétaires qui refusent de louer leur bien sur base de préjugés racistes soient poursuivis et qu’une campagne de sensibilisation destinée aux propriétaires soit mise en place.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus