L’Unipso décortique la réforme APE

18/06/21
L'Unipso décortique la réforme APE

La réforme APE entrera en vigueur le 1er janvier 2022. Faut-il se réjouir ou rester vigilent ? L’Unipso, l’Union des entreprises à profit social, a accepté de débriefer avec MonASBL.be.

C’est désormais officiel : le parlement wallon a adopté la réforme des Aides à la Promotion de l’Emploi (APE). Le décret entrera en vigueur le 1er janvier prochain. Pour mieux comprendre les enjeux, MonASBL.be a débriefé avec Frédéric Clerbaux, conseiller juridique au sein de l’Unipso (Union des entreprises à profit social en Wallonie et en Fédération Wallonie Bruxelles).

- Lire aussi : Accord non-marchand wallon : "Gare aux conséquences de la réforme APE !"

MonASBL.be : Très concrètement, qu’est-ce qui va changer pour les ASBL avec cette réforme ?

Frédéric Clerbaux (Unipso) : Il y a deux volets dans cette réforme. Le premier est la pérennisation des emplois dans trois dispositifs (APE, les Conventions premier emploi et les Emplois jeunes). Pour les APE, l’employeur bénéficiera d’une subvention unique qui réunira les deux mécanismes d’aide qui sont les points APE et la réduction de cotisation sociale. Pour les points APE, le montant sera calculé sur la base d’un taux d’occupation du travailleur sur trois années de référence et pour les réductions des cotisations sociales, il a fallu les convertir en argent. Le système sera simplifié.

Le deuxième volet porte sur la possibilité de créer de nouveaux emplois en réinjectant l’argent qui pourrait être récupéré, par exemple si des employeurs arrêtent ou diminuent le volume des emplois pérennisés.

MonASBL.be : Comment se positionne l’Unipso face à cette réforme ?

Retrouvez l’article en intégralité sur MonASBL.be



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus