Les services PSE ne traceront et ne vaccineront plus

19/10/21
Les services PSE ne traceront et ne vaccineront plus

A l’issue du CODECO d’août 2021, il a, entre autres, été décidé de confier les missions de tracing et de vaccination des 12 –17 ans aux services PSE. Décision loin de faire l’unanimité chez les professionnel.le.s qui déplorent un retard considérable dans le suivi médical des élèves. Malgré les menaces de grèves, aucune réponse satisfaisante n’a été apportée. Le personnel des PSE a donc décidé de ne plus assurer les missions de tracing et de vaccination à partir de ce lundi 18.

Le 16 septembre 2021, la CNE menaçait de déposer un préavis de grève en réaction à la décision de réquisitionner les Services de Promotion de la Santé à l’Ecole (PSE) de Bruxelles pour assurer la vaccination des 12 – 17 ans.

Santé des élèves : problème de santé publique

Yves Hellendorff, président de la CNE, nous confiait le mois dernier : “Les missions de bases des PSE qui sont les visites médicales et les dépistages de maladies, de problèmes d’obésité, de vue ou de scoliose ont été mises à mal pendant déjà un an et demi. Pour certains élèves, ces dépistages sont les seuls qui leurs sont accessibles et il y a aujourd’hui trop d’enfants qui n’ont pas pu avoir leurs visites médicales. On est donc face à un problème de santé publique.

Le syndicat demandait alors la délégation du tracing à la COCOM pour ainsi permettre la reprise des dépistages des problèmes de santé, aggravés par les périodes de confinement et de fermetures scolaires.

Une réunion d’urgence a été organisée le lundi 20 septembre 2021, à l’issue de laquelle les cabinets de ministres ont admis la nécessité de révision de certains points. Ils reconnaissaient la mauvaise élaboration des protocoles, un besoin d’ajustement des campagnes et l’apport d’un soutien plus important en particulier de la part de la COCOM.

- A lire : Les services PSE réclament des moyens humains supplémentaires

Assurer les missions de base

Cependant, la concrétisation des promesses se fait attendre. Les représentant.e.s syndicaux.ales ont donc envoyé le 4 octobre 2021 un préavis couvrant les grèves et actions collectives à partir du 18 octobre.

Dans son communiqué de presse la CNE insiste : “La santé des élèves mérite un accord politique garantissant que les missions de base de promotion de la santé soient prioritairement assurées. En attente d’un tel accord, le personnel a décidé de ne plus assurer les missions relatives au COVID, et ce à partir de ce lundi 18 octobre. Les établissements scolaires ont été avertis ce jour.

- A lire : Vers une fusion des services PSE et des centre PMS ?



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus