Négociations pour le non marchand : Pierre-Yves Jeholet fait le point

21/10/20
Négociations pour le non marchand: Pierre-Yves Jeholet fait le point

Si le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles avait rencontré le front commun syndical en juillet pour écouter leurs revendications, aucune négociation n’est pour l’instant à l’agenda. Interpellé en commission, Pierre-Yves Jeholet s’est défendu de tout immobilisme.

[DOSSIER]
- Accord pour le non-marchand : vers les premières concertations
- Non-marchand : nouvelle manifestation ce vendredi

Le 14 juillet dernier, le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles avait rencontré le front commun syndical pour le non-marchand afin d’écouter leurs revendications. Le 7 octobre, devant des négociations encore absentes de l’agenda, le front avait de nouveau sollicité Pierre-Yves Jeholet dans une lettre ouverte. En commission, le ministre-président s’est justifié en avançant que des travaux étaient bien en cours.

Le front commun syndical, pour des mesures concrètes

Depuis de longs mois déjà, le front commun syndical demande à la Fédération des mesures concrètes pour le non-marchand. Entre autres, une revalorisation des barèmes, une diminution de la charge de travail et des meilleures conditions pour la profession.

Des travaux en cours au cabinet

Interpellé par le député Jean-Pierre Kerckhofs (PTB), le ministre-président s’est défendu de tout immobilisme. Il a précisé que son cabinet avait rencontré les représentants de l’Union des entreprises à profit social (UNIPSO) le 1er septembre.

Souhaitant étudier en profondeur l’impact des mesures sur le secteur avant les négociations, il a également détaillé que plusieurs études étaient lancées. “Les ministres du gouvernement ont entamé un travail sectoriel de concertation portant sur l’attractivité, la tenabilité et l’objectivation des conditions de travail des professions du secteur non marchand”, a-t-il expliqué en commission.

Le ministre-président a également sollicité un état des lieux budgétaire et barémique auprès de la Direction de l’emploi non-marchand.

- [A lire] : 260 millions d’euros pour le personnel du non-marchand

Des financements déjà annoncés

Répondant au besoin formulé par le non-marchand sur la nécessité de financements importants, Pierre-Yves Jeholet a rappelé que 89 millions avaient été alloués en 2020. En plus, une enveloppe de 100 millions avait été dégagé en mai dans le cadre du fonds d’urgence. Au terme des négociations et après une étude d’impact approfondi, la Fédération a également prévu 8 millions d’euros pour le non-marchand.

Si les syndicats n’ont pas été informé de cette évolution, le ministre-président a cependant réaffirmé son souhait d’avancer sur la question. Il ne tient pas à mener une réforme précipitée, préférant approfondir son étude pour des résultats optimaux et justes.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus