Château Chenois : un accord trouvé en bureau de conciliation

Château Chenois: un accord trouvé en bureau de conciliation

Le feuilleton dure depuis des mois, il s’est conclu sur une note positive ce lundi 16 mars, en bureau de conciliation. Les organisations syndicales représentant le personnel et la direction représentant Orpea ont trouvé un accord pour améliorer les conditions de vie des résidents de la maison de repos Château Chenois, à Waterloo. Le personnel, soulagé, reste vigilant quant à l’application de l’accord.


- [A lire]  : Maison de repos Château Chenois : "La rentabilité prime sur l’humain"

Voici un peu de bonnes nouvelles dans une période marquée par une crise sanitaire sans précédents. Alors que depuis le mois d’août dernier, le personnel de la maison de repos Château Chenois à Waterloo discutait avec sa direction pour améliorer ses conditions de travail, et pouvoir mieux accompagner les résidents, un accord a été trouvé. La situation s’était escaladée petit à petit. Les infirmières et aides-soignantes avaient commencé par faire grève une demi-heure, puis une heure. Elles avaient déposé un préavis de grève en décembre et étaient entrées en contact avec leurs organisations syndicales pour offrir un front commun. La décision avait alors été prise de faire grève sur une journée complète, le 3 mars, et de chercher des solutions en bureau de conciliation.

La situation n’avait toujours pas bougé et les travailleuses et les syndicats s’accordaient unanimement sur la reconduite de journées de grève, les 10 et 16 mars. Oui mais voilà, l’épidémie de coronavirus s’en est mêlée. Si la première journée de grève a été menée à bien, syndicats et membres du personnel ont décidé collégialement de ne pas reconduire la grève ce lundi 16 mars. En choisissant de prendre leurs responsabilités pour offrir un accompagnement de qualité aux résidents, ils faisaient également un pas vers leur direction, qu’ils ont rencontré en bureau de conciliation ce même 16 mars. C’est là que l’accord entre les parties a été trouvé.

- [A lire]  : "Le personnel veut accompagner les aînés dans des conditions dignes"

L’ensemble des demandes du personnel rencontrées

Dans le cadre de cet accord, la direction s’est notamment engagée à respecter les normes d’encadrement des résidents, une disposition limitant le sous-effectif chronique dont était victime le personnel. Elle mettra également tout en œuvre pour remplacer immédiatement les absents au sein du personnel afin d’établir une répartition de la charge de travail plus saine et équitable.

Claudia Reckinger, Secrétaire SETCa, témoigne : « L’ensemble des demandes du personnel ont été rencontrées. Il faudra cependant rester vigilant afin de surveiller que ces mesures soient bien respectées. Le personnel est soulagé évidemment, même si encore une fois, il faut rester vigilant. Les travailleuses se sentent entendues, et sont satisfaites. Nous sommes contents que notre mobilisation soit récompensée. Par ailleurs, une motion a été déposée dans l’accord pour souligner l’attitude irréprochable du syndicat, ce qui n’a pas toujours été le cas du côté de l’employeur. Ils avaient notamment appelé la police lors de nos manifestations, mais celles-ci étant pacifiques, les forces de l’ordre avaient fait demi-tour aussi sec. Nous espérons que les représentants syndicaux seront mieux traités à l’avenir. »

C’est là l’épilogue d’un long feuilleton, dont tous sortent gagnants en cette période de crise sanitaire : la direction, le personnel mais aussi et surtout les résidents.

C.D.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus