ChutE, la petite association qui lutte contre le harcèlement scolaire

ChutE, la petite association qui lutte contre le harcèlement scolaire

L’asbl ChutE lutte contre le harcèlement scolaire, le cyberharcèlement et tout ce qui peut conduire les plus jeunes à se retrouver en situation de harcèlement. L’association a été créée par des parents ayant eu une expérience dans le milieu de l’enseignement. Ils sont professeurs, éducateurs, animateurs et souhaitent sensibiliser sur le harcèlement scolaire et surtout agir contre.

Le harcèlement des jeunes en milieu scolaire, sur internet, est un phénomène qui suscite le débat depuis maintenant plusieurs années dans nos sociétés. Le temps avance, les affaires se cumulent mais rien ne semble bouger pour autant. Malgré les campagnes de sensibilisation, les fictions traitant du sujet, le débat reste toujours d’actualité.

- [A lire] : Les Services d’Accrochage Scolaire, concrètement cela se passe comment ?

Combattre la honte et la peur

L’association ChutE incite les enfants à parler de leurs difficultés à leurs parents, leur entourage, qui peuvent apporter des réponses face au harcèlement  : « Ils ne disent rien à personne pour ne pas inquiéter. Ils estiment qu’ils vont pouvoir gérer cela tout seul. Ils craignent aussi qu’en parlant il y ait des représailles », explique un bénévole de l’asbl. L’enfant doit savoir absolument qu’il n’est pas responsable de ce qui lui arrive. Il ne doit pas ressentir ce sentiment sinon l’effet domino risque de se mettre en place et il est difficile de sortir la victime de ce cycle.

Pour sensibiliser la société et les plus jeunes, l’asbl multiplie les vidéos, les livres, les rencontres dans les établissements scolaires, pour libérer la parole et faire de la médiation autour du harcèlement. «  Nous n’avons pas de baguette magique mais notre intervention fait en sorte de faire prendre conscience que des mots, des rumeurs peuvent faire beaucoup plus mal qu’un coup, nous essayons de faire prendre conscience aux jeunes que leur avenir peut être mis en péril par ce qu’ils considèrent comme " une connerie"  », rajoute le membre de l’association.

- [A lire] : "Les professionnels doivent se former aux droits de l’enfant"

Le malaise des écoles

Ce débat est devenu une préoccupation centrale ces dernières années dans les écoles. Certaines d’entre elles ont décidé de prendre des mesures spécifiques en s’associant aux centres PMS ou au centres psycho-médico sociaux. L’espace de parole et de sensibilisation doit se faire à l’école et par les écoles. Elles ont l’obligation morale de s’outiller pour venir en aide aux enfants victimes de harcèlement et contrôler les différents phénomènes et effets de groupes qui visent à faire souffrir une autre personne. L’école est le laboratoire du vivre ensemble, son action de lutte contre le harcèlement se retrouvera dans la société dans les années futures.

Un enfant sur trois en Belgique est concerné par le harcèlement, qu’il soit victime ou bien bourreau. L’association travaille pour le moment sur fond propre. Ses membres s’entendent souvent dire qu’ils sont fous, mais selon eux, la vie des enfants n’a pas de prix.

- [A lire] : Transkids veut adoucir le quotidien des enfants transgenres



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus