Colère des maisons de repos bruxelloises : un préavis de grève déposé

Colère des maisons de repos bruxelloises: un préavis de grève déposé

Vendredi 6 septembre, le SETCa Bruxelles-Hal-Vilvorde a transmis un préavis de grève dans le but de couvrir d’éventuelles actions venant des professionnels des maisons de repos à partir du 19 septembre. Ce préavis de grève est d’une durée encore indéterminée. En cause ? La grogne des professionnels face aux normes dangereuses et de plus en plus inadaptées pour le patient comme pour les travailleurs.


- [A lire] : Troisième mardi des blouses blanches : focus sur les maisons de repos

« La grogne ne peut pas être une surprise pour les fédérations d’employeurs. On a des normes d’une autre époque. Une maison de repos, aujourd’hui, ne peut pas fonctionner correctement avec le budget qu’on lui donne », indique Nicolas De Commer, secrétaire permanent pour le secteur non-marchand au sein du SETCa BHV, dans la DH.

En effet, les normes pointées du doigt desservent de plus en plus à la profession qui y voit des contraintes, des charges supplémentaires. Elles viennent s’ajouter à un climat lourd qui voit la récession des moyens octroyés au secteur de la santé. L’effet ne peut être autre-chose que la crise prolongée du secteur et sa gronde. « Il y a une colère lourde et sourde qui traîne depuis plusieurs mois », pointe Nicolas De Commer au journal de la DH. Le manque de personnel criant, les normes qui ne conviennent plus à la réalité du terrain ainsi que la surcharge de capacité des structures seront les maux portés haut et fort par la profession.

Ces dernières années, les maisons de repos, les maisons de repos et de soins ainsi que les résidences services ont constaté l’arrivée de nouveaux bénéficiaires ne devant, ne pouvant, pas séjourner dans de telles structures. En effet, de plus en plus de personnes âgées de moins de 65 ans ou même des jeunes d’une vingtaine d’année souffrant de démence séjournent dans ces établissements. Le personnel ne peut y faire face et répondre aux besoins des patients. Il ne peut assurer sa sécurité face à un public qui n’est pas le sien.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus