Coronavirus : le monde marchand privilégié face aux ASBL

Coronavirus: le monde marchand privilégié face aux ASBL

Les annonces de mesures se succèdent à tous les niveaux de pouvoir. Pour autant, le soutien aux ASBL reste insuffisant. Yves Hellendorf, secrétaire national CNE Non-Marchand, juge la situation des maisons de repos critique. Nicole Crama, directrice adjointe du CESSOC, estime que les mesures favorisent le secteur marchand. [Un article de monasbl.be]

« Les mesures concernant le Non-Marchand sont clairement moins importantes en ce qui concerne les ASBL. » Pour Yves Hellendorf, secrétaire national CNE Non-Marchand. Un report de la TVA ? « Honnêtement, peu d’associations appliquent la TVA dans les ASBL. » Les protections contre les faillites ? « J’espère qu’il y en aura peu ! »

Le piège du chômage temporaire

Les secteurs essentiels qui comptent beaucoup de personnel sont majoritairement du domaine non-marchand, ajoute le secrétaire national. « On veut éviter le piège qui est en train de se mettre en place : on essaye de mettre un maximum de gens en chômage temporaire pour leur dire ensuite que s’ils veulent garder leur salaire complet, ils n’ont qu’à travailler dans les maisons de repos ou les hôpitaux ! » A ses yeux, il s’agit d’un « chantage de héros prêt à tout faire. »

Pour en parler, la ministre de la Santé publique Maggie de Block et la Première ministre Sophie Wilmes n’ont pas répondu aux sollicitations de la CNE. La situation dans les maisons de repos est pourtant explosive. « On va se retrouver avec des résidents mal soignés : ceux qui ne mourront pas auront perdu un ou deux ans de leur vie, et attraperont des infections et des escarres, car il n’y a plus de kinés présents. » Le gouvernement fédéral sacrifie selon lui ces personnes pour garder des lits d’hôpitaux disponibles. « Or, dans les maisons de repos, le personnel aide les patients à vivre, mais ne les soigne pas. Ce sont deux métiers différents ! »

Le Marchand privilégié

... Lire la suite de l’article sur le site de monasbl.be

[Sur le même sujet] :
- "J’ai dû licencier mon apprenti et me mettre au chômage"
- ASBL et coronavirus : transformer la crise en opportunité
- Toutes les ASBL ne seront pas fournies en masques
- Covid-19 : les initiatives des associations italiennes



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus