Enfants fragilisés et monde du travail : 8 projets éducatifs soutenus

Enfants fragilisés et monde du travail: 8 projets éducatifs soutenus

Éveiller les élèves de 8 à 14 ans issus de milieux fragilisés à leur potentiel et vocation, en les mettant en contact avec des professionnels passionnés par leur métier : tel est l’objectif des huit projets sélectionnés dans le cadre de l’appel ‘Graines d’avenir’ de la BESIX Foundation, en collaboration avec la Fondation Roi Baudouin. Les projets permettent de découvrir des métiers techniques, de rencontrer des professionnels, de faire la connaissance de femmes scientifiques inspirantes… Ils seront mis en œuvre dès la rentrée scolaire prochaine.

Élargir les perspectives d’avenir de jeunes de 8 à 14 ans qui vivent en situation de précarité, leur permettre de découvrir de nouvelles vocations, susciter chez eux une envie, une passion et surtout, la conviction qu’en dépit de leur situation difficile, ils peuvent eux aussi exercer de beaux métiers. C’est tout cela à la fois que visent les huit projets éducatifs sélectionnés. Ces initiatives, qui mettent en contact des enfants fragilisés avec des adultes passionnés par leur métier, bénéficient d’un soutien total de 50.000 euros de la BESIX Foundation.

- [A lire] : Les maisons et centres de jeunes se mobilisent pour les migrants

Graines d’avenir

À l’occasion de ses dix années d’existence, la BESIX Foundation lançait en mars dernier ‘Graines d’avenir’, en collaboration avec la Fondation Roi Baudouin. Un appel qui s’inscrit dans la continuité de KiddyBuild, une initiative qui permet aux élèves de 5ème et 6ème primaire de découvrir les métiers de la construction lors de journées passées sur chantier.

"La BESIX Foundation a choisi d’encourager les activités (extra)scolaires dédiées aux enfants de milieux précarisés, en particulier celles qui visent à tisser des liens entre les enfants et le monde du travail. Avec ‘Graines d’avenir’, nous avons voulu aller plus loin en encourageant les écoles et associations qui souhaitent ouvrir l’horizon de ces enfants sur le monde professionnel, mais manquent de moyens pour y arriver", commente Frédéric de Schrevel, Président de la BESIX Fondation.

- [A lire] : Le certificat interdisciplinaire en droits de l’enfant, un vrai plus

Découvrez les projets francophones :

- À Marchin-Vyle-et-Tharoul (Liège), l’asbl Devenirs permettra à des enfants de 5ème et 6ème primaire de découvrir des métiers techniques dans le cadre d’une transmission intergénérationnelle des savoirs.

- À Visé (Liège), l’AMO Reliance accompagne des jeunes en situation de précarité vers la découverte de métiers passionnants. Les jeunes iront à la rencontre d’avocats, de journalistes et de personnalités politiques. Ils apprendront des techniques d’éloquence stimulant la confiance en soi et l’estime de soi. Le projet sera implanté dans deux écoles (primaire et secondaire) et impliquera des enseignants.

- À Wavre (Brabant wallon), l’école Les Moineaux 2 accueille des enfants en enseignement spécialisé. Les enfants rencontreront des professionnels qui exercent des métiers dont ils rêvent ou dont ils ne soupçonnent pas l’existence, afin que naissent des envies, des motivations, des projets et qu’ils réinvestissent les apprentissages et le social en général.

- [A lire] : Aide à la jeunesse : "Il faut opérer des rééquilibrages de moyens"

- À Forest (Région de Bruxelles-Capitale), l’asbl Nighthawks proposera à des jeunes entre 13 et 14 ans, accompagnés et encadrés par une équipe de professionnels de l’audiovisuel, de partir à la rencontre de femmes scientifiques inspirantes dont ils réaliseront des portraits. Grâce à ces portraits, les jeunes découvriront le monde scientifique et les opportunités qu’il peut offrir, et questionneront la place des femmes dans les sciences.

- Dans 11 écoles spécialisées accueillant des élèves sourds, réparties sur toute la Belgique (Bruxelles, Liège, Ghlin, Anvers, Gand, Bruges), l’asbl SUJE organisera une journée de rencontre avec des professionnels sourds issus de différents secteurs et passionnés par leur métier. Au travers des témoignages, de simulations du métier et de discussions en langues des signes, les élèves sourds comprennent que leur handicap n’est pas un obstacle pour réaliser leur vocation.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus