Handicap : une boulangerie artisanale pas comme les autres…

Handicap: une boulangerie artisanale pas comme les autres...

La semaine passée, une nouvelle boulangerie, ARTOS asbl, a été inaugurée à Woluwé-Saint-Pierre. Une boulangerie pas comme les autres puisqu’elle accueille 20 personnes en situation d’handicap, en centre de jour. Un beau projet sur lequel revient sa directrice, Hélène D’Huart.


- [A lire]  : Inclusion : le centre de jour de l’asbl Artos inaugure sa boulangerie

Comment le projet d’ARTOS asbl est-il né  ?

Hélène D’Huart : Il a germé il y a une dizaine d’année dans l’esprit de Pierre Fourneau, créateur de l’asbl Timber. Timber, c’est le projet d’un centre de jour tourné autour de l’exploitation forestière. Il s’est rendu compte que pour certaines personnes en situation d’handicap, c’est assez compliqué d’aller dans les bois. Il voulait proposer une nouvelle activité tout aussi valorisante, mais plus sédentaire. C’est comme ça que l’idée de développer une activité de boulangerie est née. ARTOS asbl a vu le jour en 2015 et a commencé ses activités en septembre 2018.

Vous parlez du fait d’offrir une activité valorisante aux personnes en situation d’handicap. Au quotidien, cette valorisation est-elle visible ?

H.D : Oui. Certains sont plus compétents que d’autres pour certaines activités. Ils ont chacun leur spécialité. Dans ce cadre-là, on se rend compte qu’il y a, à la fois, une valorisation entre eux mais aussi par eux. Ce qui est super  !

Considérez-vous ARTOS comme une véritable boulangerie  ?

H.D : ARTOS, c’est avant tout un centre jour pour personnes en situation d’handicap. C’est aussi une boulangerie, mais pas une boulangerie comme les autres. Nous produisons du pain, des pâtisseries mais notre but premier n’est pas le rendement  ! Nous devons travailler avec le rythme de chacun des boulangers. Un projet qui est très bien compris par notre clientèle.

En parlant de ça, est-ce que votre projet trouve acheteur  ?

H.D : Nous avons une clientèle qui s’agrandit, de plus en plus. En octobre, on produisait une trentaine de pains par jour. Aujourd’hui, on est monté à 50 pains et, même parfois, 80  !

A quoi elle ressemble la journée type de ces boulangers en herbe  ?

H.D : ARTOS est ouvert de 8h30 à 16h. Après l’accueil du matin, chacun part dans ses différents ateliers  : confection des pains, maintien du magasin, préparation du dîner ou encore activités sportives et/ou créatives selon le choix des éducateurs. Après le dîner, certains partent faire la livraison des pains, d’autres tiennent le magasin, d’autres encore s’occupent de laver la cuisine  ! Le but, c’est qu’ils touchent à tout, de la découverte de la matière première du pain, à la vente de celui-ci.

Dans le futur, vous envisagez d’autres activités  ?

H.D : Nous avons le projet de pressage des fruits, afin de réaliser des jus de fruits et de les vendre dans notre magasin. Le projet a été postposé, notamment, parce qu’il n’est pas facile de lancer deux activités en même temps  ! Nous voulons avancer de manière sereine et progressive. C’est la raison pour laquelle nous accueillons, en ce moment, 20 personnes alors que nous avons l’agrément pour 25.

Ça vous a mis l’eau à la bouche  ? Sur leur site, ARTOS asbl propose une liste de leurs différentes sortes de pain et viennoiseries.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus