Infirmiers : une nouvelle formation spécialisée dans le don d’organes

Infirmiers: une nouvelle formation spécialisée dans le don d'organes

L’Hôpital Erasme à Bruxelles et le CHU de Charleroi proposent, en cette rentrée 2019, une nouvelle formation pour devenir coordinateur local des donneurs d’organes et de tissus. Cette formation, la première de ce type au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a pour but de sensibiliser les infirmiers à la gestion des donneurs.

Le rôle du coordinateur local au sein des unités de soins intensifs a été créé par un arrêté royal de 2012. Cependant, très peu de formations pour le devenir ont été mises en place ces dernières années. L’Hôpital Erasme et le CHU de Charleroi viennent changer la donne en proposant un ensemble de séminaires, dispensés de septembre 2019 à mai 2020, à destination de 80 étudiants. Cette toute première édition de formation affiche d’ailleurs complète.

- [A lire] : Formation : améliorer la prise en charge du patient double diagnostic

Une formation pluridisciplinaire

Cet ensemble de cours, mis en place avec l’aide de l’Enseignement de Promotion et de Formation Continue, est ouvert à tous les titulaires d’un titre d’infirmier responsable en soins généraux. Selon le site en ligne de l’Hôpital Erasme, les objectifs majeurs de cette formation sont :

- D’observer et de constater les processus qui mènent au décès du patient et au don d’organes et de tissus.
- D’identifier les donneurs potentiels au sein des institutions de soin.
- De connaître les règles législatives, déontologiques et éthiques qui régissent les processus de dons en Belgique.
- D’accompagner une famille en deuil, d’accompagner le médecin lors des entretiens en vue d’un don possible et de suivre les proches du donneur dans les différentes étapes.
- De travailler en collaboration avec les coordinations de transplantations et tous les intervenants afin de mener à bien les prélèvements dans son institution.

On observe qu’au-delà de l’aspect médical et technique, l’enseignement vise à apprendre aux futurs coordinateurs à gérer l’accompagnement psychologique des familles de potentiels donneurs. En effet, bien que la législation belge instaure le principe de solidarité présumée (tout le monde est a priori donneur), dans la pratique les médecins se basent sur l’avis des familles. Ces dernières peuvent alors exprimer un désaccord ou une réticence à la réalisation d’un don si la personne décédée n’a pas exprimé explicitement le souhait d’être donneur.

- [A lire] : Master : accompagner au mieux les travailleurs de la santé et du social

La nécessité de cet enseignement

Une forte pénurie de dons secoue le milieu hospitalier. Bien que la Belgique soit un pays exemplaire du point de vue du taux de greffes qui y est réalisé, il est estimé qu’entre 15 et 20% des patients (environ 3.000 personnes) ne pourront avoir accès à la greffe souhaitée. Une des solutions pour remédier à cette carence est d’informer et de promouvoir le don d’organes et de tissus. Ainsi, il existe un formulaire disponible dans toutes les maisons communales pour qu’une personne, de son vivant, exprime sur papier son souhait que ces organes soient donnés à sa mort. Par la suite, ce formulaire est conservé au sein du Registre National que le coordinateur a obligation de consulter.

D’ailleurs, la formation de coordinateur de don d’organes s’inscrit aussi dans cette même démarche. En effet, le coordinateur a comme mission de sensibiliser les familles à la nécessité du don. Il doit aussi s’assurer que la volonté du donneur soit scrupuleusement respectée, puis superviser la coordination des temps de prélèvement, la conservation et le transfert des organes prélevés. Ainsi, le coordinateur doit permettre un suivi de l’ensemble du processus de donation, afin que ce dernier soit optimisé.

Intéressés par cette formation ? Rendez-vous à la rentrée 2020.

- [A lire] : Infirmier de pratique avancée : feu vert de la commission "santé"



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus