L’Exécutif des Musulmans réagit

L'Exécutif des Musulmans réagit

Suite à l’article paru hier dans le Guide Social, au sujet de formations initiées par l’Exécutif des Musulmans pour les conseillers islamiques reconnus et qui suscitaient quelques réactions négatives, le Président de l’EMB, Salah a souhaité clarifier la situation.

Hier, le Guide Social relayait une information de la Dernière Heure concernant un cycle de formations initié par l’Exécutif des Musulmans pour les conseillers islamiques reconnus, suite aux attentas de mars 2016. Ces formations ont suscité de vives réactions parmi certains conseillers. Contacté par le Guide Social, L’EMB a souhaité réagir. Son président, Salah Echallaoui, clarifie la situation.

Vous me permettrez de réagir à l’article paru sur votre site le mardi 12 décembre, dans lequel sont rapportés des affirmations gratuites et infondées provenant du journal « La Dernière Heure », qui portent gravement préjudice à la réputation et à la crédibilité de ma personne et de l’Exécutif des Musulmans de Belgique, que je représente.

La Dernière Heure ne m’a malheureusement pas donné l’occasion de m’exprimer au sujet de la formation décriée, ce qui aurait pourtant permis aux lecteurs de lire un autre point de vue sur la question et d’en avoir une vision plus objective.

Aussi, je me permets d’apporter les clarifications suivantes.

La formation des conseillers islamiques est une initiative prise par l’EMB et le Ministre de l’Enseignement Supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles, Jean-Claude Marcourt. Elle s’inscrit dans une volonté commune d’améliorer la formation des cadres religieux musulmans et, plus largement, de développer un Islam de Belgique c’est-à-dire un islam ancré dans son contexte territorial, linguistique, social, culturel, et en phase avec les normes et valeurs fondamentales de la démocratie : la neutralité de l’Etat, l’égalité Homme-Femme, la liberté d’expression, la liberté de conscience, la primauté du droit, le respect des autres cultes et philosophies, le rejet de toute forme de racisme et d’antisémitisme.

Plusieurs initiatives ont déjà été prises par l’EMB à cet effet depuis plusieurs années, notamment la mise en place de formations à l’attention des imams, des conseillers islamiques et des professeurs de religion islamique. Il ne s’agit donc nullement de satisfaire les demandes des médias et des autorités publiques La Ministre de l’Enseignement de promotion sociale, Isabelle Simonis est intervenue comme prestataire de formation dans le cadre ce qui allait devenir l’Institut de promotion des formations sur l’Islam, mis en place par le Ministre Marcourt. Cet Institut soutient actuellement une formation en langue française dispensée aux imams, ainsi qu’une formation en didactique du cours de religion islamique (CDER Islam), fruit d’un partenariat entre l’EMB et l’UCL.

La formation évoquée par la DH s’adressait aux conseillers islamiques dans les IPPJ et les conseillers islamiques dans les établissements pénitentiaires. Elle portait sur trois matières : le Droit pénal, la psychologie et la communication. Elle a été confiée à L’IEPSCF (institut d’enseignement de promotion sociale) d’Uccle. Le programme des cours a été établi de commun accord entre le cabinet de la Ministre Simonis, le cabinet du Ministre Marcourt et l’Exécutif des Musulmans de Belgique. Le Conseiller islamique en chef francophone a également été consulté dans le cadre de l’établissement de ce programme. Les cours ont été dispensés par des professeurs qualifiés, notamment une avocate.

Tout a donc été mis en œuvre pour offrir aux conseillers islamiques des formations sérieuses, de qualité et adaptées à leurs besoins.

Nous avons, par ailleurs, donné l’occasion aux conseillers de s’exprimer quant au contenu et la qualité des formations qui leur étaient dispensées, dans le but de les améliorer, au moyen d’une fiche d’évaluation qu’il leur était loisible de nous renvoyer à titre anonyme.

Les réactions que nous avons reçues de leur part étaient positives.

Les conseillers islamiques en IPPJ sont les seuls conseillers à s’être absentés de la formation, qui était pourtant obligatoire, sans justifier leur absence malgré nos interpellations répétées.

Nous regrettons qu’ils utilisent la voie de la presse pour discréditer l’EMB, mettant ainsi à mal les efforts que nous fournissons depuis près de 4 ans pour redorer l’image et améliorer le fonctionnement de notre Institution. Nous l’expliquons par une possible résistance au nouveau cadre établi par l’organe chef de culte, habitués qu’ils étaient à travailler antérieurement dans un contexte de laisser-aller, voire d’anarchie. Il pourrait également s’agir d’une réaction à notre refus de désigner comme conseiller islamique une personne proposée par eux, en-dehors de la procédure de recrutement prévue par l’EMB.

Enfin, l’Exécutif des Musulmans de Belgique n’a jamais fait appel aux médias dans le cadre de cette formation. Si elle a été relayée dans la presse, ce n’est pas de notre initiative.

Salah Echallaoui, Président de l’EMB



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.