Une convention contre l'analphabétisme renouvellée

Une convention contre l'analphabétisme renouvellée

La convention entre l’ASBL Lire et Ecrire et le gouvernement wallon sera reconduite pour 3 années. La lutte contre l’illettrisme et l’analphabétisme continue donc, avec un objectif notamment d’alphabétisation des personnes étrangères.

Pour les personnes analphabètes ou illettrées, l’insertion socio-professionnelle peut être très difficile. C’est par exemple un problème de taille pour la signature d’un Projet Individuel d’Intégration Sociale (PIIS), nécessaire pour obtenir le revenu d’intégration sociale. Pour lutter contre ces phénomènes, le gouvernement wallon réitère pour 3 ans sa convention avec l’ASBL Lire et Ecrire. Dans la continuité du renforcement du parcours d’intégration wallon, il s’agira aussi d’accompagner les personnes étrangères.

Une convention contre l’analphabétisme

Cette convention va permettre la prise en compte de publics spécifiques tels que des personnes en réaffiliation sociale ou des travailleurs, mais aussi la sensibilisation et la formation des partenaires à la détection de l’analphabétisme. Pour renforcer les compétences des travailleurs et des bénévoles actifs dans le secteur, des formations continues seront ainsi organisées. La convention viendra renforcer d’autres actions, qui bénéficient d’autres sources de financement, et ce afin de lutter de manière efficace contre l’analphabétisme. Un comité d’accompagnement, constitué des représentants des parties concernées, sera chargé de veiller à la bonne mise en œuvre de cette convention.

"Je me réjouis de la reconduction de cette convention, puisque celle-ci, via ses actions en faveur de l’alphabétisation, aura des impacts directs sur l’insertion socio-professionnelle des demandeurs d’emploi et contribuera également à former de manière continue les travailleurs peu qualifiés" a expliqué le ministre Jeholet. La ministre Alda Greoli a, quant à elle, affirmé que "cette nouvelle convention vise également des objectifs en matière d’alphabétisation des personnes étrangères. La maîtrise de la lecture et l’écriture sont essentielles pour accompagner et permettre une intégration sociale et au-delà, notamment en termes d’éducation et d’accès à la culture."

[A lire] : Apprentissage des langues et insertion professionnelle : les clés de l’intégration ?

Qui finance ?

Le ministre de l’Emploi et de la Formation Pierre-Yves Jeholet et la ministre de l’Action sociale Alda Greoli ont décidé de reconduire cette convention grâce à une mutualisation des moyens. La reconduction de la convention vaut pour une durée de3 ans, du 1er janvier 2018 jusqu’au 31 décembre 2020. Elle sera financée annuellement par la Région wallonne à hauteur de 1.549.000 euros, soit 1.100.000 euros à charge du ministre de la Formation, en complément du budget CISP (Centre d’Insertion SocioProfessionelle) alloué aux ASBL de Lire et Ecrire. 349.000 euros seront à la charge de la ministre de l’Action sociale.

Lire et Ecrire

Les ASBL de Lire et Ecrire sont actives en Wallonie dans lutte contre l’illettrisme et l’analphabétisme, via entre autres la mise en place de formations d’insertion socio-professionnelles. A l’heure actuelle, elles comptent 8 régionales et assurent la coordination des actions de celles-ci. Depuis 2011, le Gouvernement wallon conclut des conventions pluriannuelles successives avec l’ASBL wallonne. En 2017, cette convention avait été reconduite provisoirement pour une année, mais sans y inclure l’axe "Action sociale". La nouvelle convention contribue aussi à l’Accord de coopération relatif au développement de politiques concertées en matière d’alphabétisation des adultes, conclu entre la Communauté française, la Région wallonne et la Cocom en 2005.

[A lire] : Les messagers de l’alpha : un kit pédagogique, ludique et interactif



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.