Les bénéficiaires d'allocation d'attente

25/07/01

Les jeunes diplômés qui sortent des écoles, s’ils ne trouvent pas de travail tout de suite, ont le chemin obligatoire de l’inscription comme demandeur d’emploi pour pouvoir bénéficier, après un stage, d’allocations d’attente sur base des études. Mais qu’en est-il de l’évolution entre l’inscription et la perception des allocations ?

Ca devient une lapalissade : les plus diplômés (enseignement supérieur) trouvent plus rapidement du travail, alors que ceux ayant une qualification primaire ou secondaire inférieur risquent plus de rester dans la spirale du chômage. Et les différences entre sexe et régions sont également facteurs de sortie plus rapide ou d’enlisement.
Un changement notable depuis quelques années : les allocataires sont de plus en plus des chefs de famille, avec une proportion qui a plus que doublé depuis 1992.

L’ONEm publie une étude détaillée sur ces bénéficiaires d’allocations d’attente et de transition, disponible en format pdf (acrobat reader) sur son site, à la rubrique documentation/études.

site de l’ONEm



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus