Maison pour parents solos : "Nous favorisons l’usage des réseaux"

Maison pour parents solos:

La maison des parents solos a ouvert ses portes en mai dernier à Bruxelles. Sa mission est double : accompagner ces familles en sous-protection sociale à trouver des solutions et leur faire connaître leurs droits ainsi que les allocations et services auxquelles elles peuvent prétendre. Rencontre avec une assistante sociale, une psychologue et une juriste de cette nouvelle structure de la capitale.


- [A lire] : Les médiateurs face aux enjeux des nouveaux modèles familiaux

En mai dernier, une première maison dédiée entièrement aux familles monoparentales était inaugurée par La Ligue des Familles et la ministre bruxelloise en charge des Familles, Céline Fremault. L’objectif est d’offrir un lieu convivial et de rencontres ainsi qu’un accompagnement social, psychologique et juridique pour les familles concernées.

« Une de nos préoccupations, c’est de proposer des activités pour les parents et leurs enfants. Ces activités sont vraiment des moments de partage. Un espace de rencontres pour communiquer aves d’autre parents qui sont à la même situation », pointe Clémence Garcia, juriste à la maison des parents solos. Elle rajoute : « L’idée avec le service juridique est d’offrir un premier conseil et un accompagnement dès la séparation. Les enjeux au niveau juridique sont d’informer les personnes sur ce qui est possible de faire mais aussi de pouvoir offrir une information juridique adaptée à chaque situation ».

- [A lire] : Une maison pour les familles monoparentales inaugurée à Bruxelles

De son côté, Sarah Parisel, psychologue à la maison des parents solos, évoque les difficultés sociales dont les parents solos sont souvent confrontés : « Une seule entrée d’argent, ce n’est pas facile. Il y a aussi les questions liées à la gestion du temps. Être seule à s’occuper d’un, deux, trois voire quatre enfants ce n’est pas facile dans la vie quotidienne ».

« On travaille sur un axe individuel où on va traiter la situation psycho-sociale au sens large, et un axe collectif communautaire où on va favoriser l’usage des réseaux et la rencontre entre parents », poursuit Sarah Parisel.

A.A.

Découvrez notre reportage vidéo :

Retrouvez toutes les vidéos du Guide Social sur notre chaîne Youtube.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus