Maisons de repos : "Il faut prendre des mesures d'urgence aujourd'hui"

Maisons de repos:

FEMARBEL, la fédération des maisons de repos de Belgique, tire la sonnette d’alarme. En première ligne depuis le début de la crise, elle est bien placée pour se rendre compte de l’évolution de la situation sur le terrain. « L’épidémie se répand. Rien qu’à Bruxelles et en Wallonie ce sont 60.000 personnes Í¢gées qui y résident et 40.000 membres de personnel qui y travaillent. Si les visites des proches des résidents ont été interdites, les 40.000 membres de personnel rentre évidemment chez eux après le travail. Ils ont tous une famille », prévient la fédération. Pour elle, c’est une bombe à retardement qui risque d’exploser à très brève échéance. Elle réclame des mesures et vite !

Protéger et dépister tout le personnel

FEMARBEL dénonce une première problématique : contrairement à ce qui a été annoncé par sciensano les travailleuses et travailleurs des maisons de repos ne seraient pas prioritaires pour bénéficier d’un dépistage du Covid-19. « Nous avons reçu les témoignages de plusieurs membres de personnel infirmier dont le médecin traitant a reçu la réponse suivante du centre de crise : désolé, on ne teste que les gens en réa. Une infirmière fébrile se rend directement dans un hôpital du Hainaut occidental. Réponse : on ne teste que le personnel de l’hôpital, pour les maisons de repos c’est non sauf urgence », dénonce la fédération. Et de rajouter : « Conséquence directe : le médecin traitant prolonge le certificat médical de 21 jours et, surtout l’inquiétude croît, et de manière légitime, chez tout le personnel. »

Cette situation risque d’avoir des effets désastreux sur le fonctionnement des maisons de repos. En effet, selon FEMARBEL, « l’absentéisme va augmenter de manière exponentielle avec les conséquences que l’on imagine pour les soins aux résidents ». Face à ce constat, elle réclame de toute urgence un dépistage de l’ensemble du personnel de ces structures.

Accélérer la livraison du matériel de protection

« Bruxelles et la Wallonie ont livré des masques chirurgicaux à partir de ce lundi. Nous rendons ici hommage aux ministres compétents et à leurs équipes ainsi qu’aux administrations qui ont fait et continuent à faire le maximum », pointe FEMARBEL avant de dénoncer avec force : « Les quantités sont cependant insuffisantes et aucun matériel spécialisé (masques FFP2, blouses à usage unique, lunettes de protection) n’a été livré. »

Selon la fédération, le gouvernement bruxellois a acheté de 100.000 masques FFP2, 100.000 blouses, des gants et du gel hydroalcoolique en quantité. En parallèle, la région a lancé une ligne de production de masques en tissu. Cette dernière permettra la confection de 200.000 masques par semaine dès la semaine prochaine. « Le Gouvernement wallon doit prendre les mêmes mesures », martèle-t-elle.

Garantir la livraison du matériel de protection

« Dès le début de la crise, les institutions de soins ont commandé du matériel supplémentaire mais des cargaisons importantes ont été saisies dans les aéroports d’arrivée en France, en Espagne et au Pays Bas sans oublier le blocage des exportations dans différents pays européens. De nouvelles commandes sont en voie d’acheminement », rajoute la fédération. Pour elle, il est primordial que ce matériel de protection arrive sur notre territoire et parvienne à leurs destinataires avec le maximum de facilités administratives et sans risque de blocage.

« Nous demandons aux différentes autorités compétentes que les commandes passées par des hôpitaux, les institutions de soins comme les maisons de repos, leurs groupes et associations bénéficient d’une priorité absolue et d’une garantie de non-blocage et d’un traitement administratif allégé au maximum », conclut FEMARBEL.

[Sur le même sujet] :
- Maisons de repos : le sous-effectif à l’épreuve du coronavirus…
- Wallonie : distribution de masques aux maisons de repos et aux secteurs santé et social de 1ère ligne
- Coronavirus : les recommandations aux maisons de repos wallonnes



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus