Plus de budget pour les professionnels de la santé au fédéral

Plus de budget pour les professionnels de la santé au fédéral

Le secteur des soins de santé publics fédéraux se voit rebudgétisé, dans le cadre de la classification des fonctions. La ministre en charge, Maggie De Block, a annoncé que de 2017 à 2020, plus de 123 millions d’euros seront destinés aux 57.000 membres du personnel.

Le secteur des soins de santé publics fédéraux va bénéficier d’un refinancement, dans le cadre de la classification des fonctions. De 2017 à 2020, plus de 123 millions d’euros seront destinés aux 57.000 membres du personnel. Ils bénéficieront bientôt de nouveaux barèmes salariaux et pourront compter sur un renforcement du deuxième pilier de pension.

Un budget supplémentaire

99 millions du budget supplémentaire total seront utilisés pour financer le nouveau modèle de rémunération. Afin de pouvoir introduire ce nouveau modèle l’année prochaine, une étude salariale a déjà été lancée. L’asbl Institut de classification de fonction (IFIC) établira sur cette base de nouveaux barèmes salariaux pour les différentes fonctions du secteur public. Il est important que personne ne soit perdant sur le plan financier. Le point de départ du nouveau modèle de rémunération est la "rémunération liée au travail" : ceux qui effectuent le même travail touchent le même salaire quel que soit leur âge ou leur diplôme. Le budget supplémentaire de 23 millions d’euros prévu pour 2017 devrait être réparti par le biais d’une prime unique, à l’instar du secteur privé fédéral des soins de santé.

Deuxième pilier de pension

Au cours de la période 2017-2020, la ministre De Block investira également 24,42 millions d’euros supplémentaires dans le deuxième pilier de pension des travailleurs du secteur public. Cet argent servira également à créer un deuxième pilier de pension pour les contractuels, qui n’existait pas jusqu’à présent.

Meilleures conditions de travail

D’autres mesures amélioreront encore les conditions de travail du personnel. Tout comme dans le secteur privé fédéral des soins de santé, il y aura des fins de carrière dans le secteur public. Les travailleurs pourront également compter sur un meilleur accompagnement reprendre le travail après une maladie de longue durée, les horaires et les congés seront fixés plus longtemps à l’avance pour permettre aux travailleurs de planifier plus facilement, le personnel soignant pourra pour la première fois prendre deux semaines de vacances comprenant trois weekends d’un coup, etc.

Secteur privé

Des moyens supplémentaires sont également investis dans les établissements de soins de santé privés fédéraux. Au cours de la période 2017-2020, un montant supplémentaire de 340 millions d’euros sera alloué par le biais d’une série de mesures en faveur des quelque 130.000 travailleurs de ce secteur.

Accord social

Les investissements supplémentaires dans le secteur public fédéral des soins de santé s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord social pour le secteur public signé le 25 octobre 2017.

Il s’agit au total de 57.624,43 emplois dans les hôpitaux généraux et psychiatriques, les maisons de repos, les centres de soins de jour, les centres de revalidation et les centres médicaux pédiatriques.

Près d’un demi-milliard de plus pour les secteurs fédéraux de la santé

Ce gouvernement investira au total 463 millions d’euros supplémentaires dans les secteurs public et privé de la santé au cours de la période 2017-2020. Le budget supplémentaire sera structurellement augmenté année après année.

En 2020,138 millions d’euros viendront s’ajouter au nouveau modèle de rémunération pour les deux secteurs confondus. Cet investissement supplémentaire dans la rémunération des travailleurs est structurel, ce qui signifie qu’à partir de 2020, le secteur public pourra compter sur un montant supplémentaire de 43 millions d’euros par an pour le nouveau modèle de rémunération. Le secteur privé pourra quant à lui compter sur un montant supplémentaire de 95 millions d’euros par an.

Dans le deuxième pilier de pension, 12 millions d’euros supplémentaires par an seront investis structurellement pour les deux secteurs combinés. En 2017 et 2018, il y aura un investissement supplémentaire unique de 13 millions d’euros par an.

[A lire]

- Le Fédéral convainc le non-marchand
- Un accord fédéral en vue pour le non-marchand ?



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.