Réfugiés : la plateforme veut devenir un modèle à suivre en Europe

Réfugiés: la plateforme veut devenir un modèle à suivre en Europe

La plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés a vu le jour en 2015. Son but est d’apporter des réponses et des solutions, plus ou moins temporaires, aux problématiques rencontrées par les migrants. Pour pallier les manquements des pouvoirs politiques qui par choix ou par dépit n’entreprennent pas d’actions politiques à la hauteur du phénomène, les citoyens prennent eux-mêmes des initiatives pour fournir les bases de l’aide humanitaire.

La plateforme accueille chaque jour dans son centre à la porte d’Ulysse 350 migrants et compte sur ses autres centres, plus petits, pour trouver une solution à un maximum de personnes en transit. Elle compte aussi sur son relais composé de citoyens qui accueillent chez eux des migrants pour une nuit ou plus. Également, la commune ou des particuliers trouvent des solutions alternatives comme la mise à disposition d’anciens bâtiments inoccupés qui, au lieu d’être squattés ou vides, sont mis à la disposition de la structure bruxelloise permettant ainsi de loger entre 5 et 25 personnes selon la grandeur du lieu.

- [A lire] : La Ligue des Familles, son combat contre l’enfermement des enfants

« Si l’Etat veut reprendre notre travail... »

«  Le but est de pouvoir proposer une société belge qui peut servir d’exemple aux autres pays de l’Union Européenne. Il ne faut pas oublier que Bruxelles est la capitale européenne et que nos actions peuvent avoir un sens  », confie Mehdi Kassou, le porte-parole de la plateforme. Leur but est de répondre aux besoins des migrants tout en déconstruisant la logique de l’urgence. Cette même logique qui dicte les politiques envers les sans-abris.

Redonner du sens à l’action citoyenne, c’est surement ça qui anime et qui a animé la création de cette plateforme citoyenne. Conscientiser les citoyens, montrer que les petites actions de chacun permettent de bouger les lignes politiques. Le but est que la réponse aux besoins soit institutionnalisée via la plateforme. « Il y a une volonté de structurer la réponse aux problématiques. L’idée était dès le départ d’apporter une expertise et de répondre aux besoins des migrants tout en sensibilisant la société. Si l’Etat veut reprendre notre travail et l’institutionnaliser tant mieux  ».

- [A lire] : Sans-abrisme : le réceptacle des échecs de nos politiques migratoires

Le plan Dublin 4 doit être ratifié

Globalement, au niveau régional et communal, la plateforme est plutôt soutenue dans ses initiatives que ce soit par du financement ou par des aides matérielles  : «  La Ville, dans ses moyens, a soutenu la plateforme en fournissant des véhicules, du linge… Dans l’accord du gouvernement wallon, on demande le même type de soutien à travers la Belgique  », poursuit Mehdi Kassou.

De plus, la plateforme, par la légitimité qu’elle a su obtenir par son travail et ses différentes actions, souhaite appuyer et jouer un rôle dans l’orientation politique de la Belgique (et pourquoi pas plus tard au niveau européen) vis-à-vis de l’accueil des migrants. En effet, elle souhaite que la Belgique active sa clause de souveraineté. Cette clause permet aux pays européens, dont l’essence fondatrice de leur nation est le principe d’autodétermination des peuples, de ne pas vérifier si un candidat à l’asile est passé par un pays tiers comme l’Italie ou la Grèce par exemple. Cela permet alors à la Belgique de traiter sa demande d’entrée sur son territoire et non de le renvoyer dans ce pays tiers.

Cependant cette demande a été refusée par le gouvernement fédéral. Point de fatalisme, la plateforme citoyenne sait que son combat sera long mais qu’il est légitime. Elle attend maintenant que le plan Dublin 4 soit ratifié au niveau Européen  : « L’Europe sanctionne très vite et très fermement les pays européens sur tout un tas de domaines. En revanche, certains aspects ne le sont absolument pas ! »

A.A. et B.T.

Découvrez notre reportage vidéo :

Retrouvez toutes les vidéos du Guide Social sur notre chaîne Youtube.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus