Un Grand hôpital universitaire bruxellois dès 2020

Un Grand hôpital universitaire bruxellois dès 2020

Les Hôpitaux de la Ville de Bruxelles ainsi que l’ULB vont fusionner. Les hôpitaux Erasme, Saint-Pierre, Brugmann, Bordet ainsi que l’hôpital des enfants vont former le Grand hôpital universitaire bruxellois, portant l’acronyme provisoire de GHUB. Ce projet est porté par un accord unanime des autorités politiques et académiques, qui souhaitent le concrétiser pour le 1 janvier 2020. Il ne manque plus que la signature des conseils médicaux pour parfaire le contrat.

Ce projet est né en 2005 de la volonté de créer un « cancéropôle » du 21e siècle avec les équipes des hôpitaux de Bordet et d’Erasme. Cependant au fur et à mesure des discussions, les trois directions des autres hôpitaux de la ville ont émis le souhait et la demande de rejoindre le projet.

Un triple objectif

Ce projet a pour visée d’améliorer la qualité des soins pour répondre à la demande émise aussi bien par les travailleurs que la société. Les deux autres objectifs sont le développement de l’enseignement ainsi que de la recherche mais aussi le renforcement recherche clinique et facultaire. « On a donc décidé de créer dès à présent ce grand hôpital universitaire multisites, de 2.800 lits. Pas pour faire du gigantisme. Mais parce que l’évolution des exigences d’une médecine universitaire de pointe et la pression économique font qu’il est plus que jamais nécessaire d’avoir des périmètres suffisamment grands », explique von Englert, le recteur de l’ULB dans les colonnes du Soir.

- [A lire] : Un spécialiste de l’orthopédie ouvre sa clinique de l’épaule

Près de 12.000 membres du personnel

Qu’on se rassure, aucun des cinq sites ne fermera ses portes. « Une ville doit offrir à ses citoyens tous les services à moins de dix minutes », indique le bourgmestre Philippe Close toujours dans le Soir. Le Grand hôpital universitaire bruxellois est le fruit d’un regroupement des cinq hôpitaux existants déjà. Cette fusion entrainera une modification législative permettant une gestion commune. Il y aura un seul budget équivalent à 1.2 milliard d’euros et près de 12.000 membres du personnel. Il y aura un seul conseil médical ainsi qu’un conseil d’administration, qui seront constitué de 50% de représentants de la Ville et de 50% de l’ULB. L’accent est mis sur la co-construction de ce nouveau grand hôpital de Bruxelles. « La Ville va garantir la dette d’Erasme (800 millions, NDLR) et aidera le nouvel hôpital à trouver des financements pour construire un bâtiment », peut-on lire dans les colonnes du journal.

- [A lire] : La CNE lance une grande enquête sur le harcèlement sexuel à l’hôpital

Possibilité pour le personnel d’évolution de carrière

Le modèle, selon le bourgmestre, est en cour d’élaboration avec le personnel médical et infirmier « dont l’adhésion à ce projet est essentielle ». Ce grand hôpital doit être la possibilité de créer de meilleures conditions de travail, une amélioration des soins et de la prise en charge ainsi qu’une possibilité pour le personnel d’évolution de carrière. « Dans nos hôpitaux, qu’on soit pauvre ou riche, on a accès à la même qualité de soins, aux mêmes médecins. On ne nous reproche pas d’être mal soignés ou mal accueillis dans nos hôpitaux. Notre plus gros problème, aujourd’hui, ce sont les délais d’attente pour obtenir un rendez-vous et là, le grand hôpital peut offrir des solutions : on aura un rendez-vous à Brugmann, alors qu’à Saint-Pierre, il faut attendre plusieurs mois », a déclaré Philippe Close dans le Soir.

Ce projet a également pour vocation de repenser la santé publique à long terme. Et faire front contre les difficultés financières qui s’annoncent de plus en plus problématiques.

B.T.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus