Un nouveau centre de validation des compétences dans le Hainaut

Un nouveau centre de validation des compétences dans le Hainaut

Ce 23 janvier, la ministre en charge de l’Enseignement et de la Promotion Sociale en Fédération Wallonie-Bruxelles, Isabelle Simonis, a inauguré un nouveau centre de validation des compétences de l’enseignement de promotion sociale.

L’enseignement de promotion sociale en Fédération Wallonie-Bruxelles fait l’objet d’une attention toute particulière depuis quelques mois. Objet de plusieurs réformes, ce type d’enseignement se voit de plus en plus valorisé. Ce 23 janvier, la ministre en charge, Isabelle Simonis, a inauguré un nouveau centre de validation des compétences de l’enseignement de promotion sociale dans le Hainaut. Ce nouveau centre de validation des compétences, situé au sein de l’Institut Provincial d’Enseignement Technique et Professionnel de promotion sociale de Farciennes, vient ainsi renforcer le maillage des centres existants en Wallonie et à Bruxelles.

Valider les compétences

Le nouveau centre vise essentiellement à permettre, dans un premier temps, de valoriser les compétences acquises par les personnes de manière informelle (expérience de travail, formation professionnelle ou encore expérience de vie) dans les filières d’aide ménagères et d’esthétique.

« La validation des compétences est un enjeu actuel essentiel qui prend de plus en plus d’importance au niveau de l’accès à l’emploi. Je me réjouis dès lors d’agréer aujourd’hui le 10èmecentre de validation de l’Enseignement de promotion sociale, qui a déjà été informellement actif notamment lors du tragique épisode de Caterpillar, et qui offre une réelle possibilité aux personnes porteuses d’une solide expérience mais sans diplôme reconnu de décrocher un titre, voire un emploi », ajoute la ministre.

Un arrêté

La ministre a par ailleurs récemment fait adopter un arrêté visant à permettre de faciliter grandement la valorisation des acquis de l’expérience. Parmi le panel de possibilités qu’elle offre à tout-e citoyen-ne, ce dispositif donne l’opportunité aux personnes dont les compétences ont été reconnues par un centre de validation d’obtenir des dispenses afin qu’elles puissent, notamment, reprendre des études dans l’enseignement de promotion sociale.

De nouveaux projets

La ministre l’avait annoncé en septembre dernier, elle souhaitait promouvoir certaines initiatives. Avec ses quelque 160.000 étudiants en Belgique francophone, l’enseignement de promotion sociale a un rôle fondamental à jouer. La ministre voulait ainsi rencontrer les demandes du terrain. « La mise en œuvre d’avancées qui favorisent l’inclusion de personnes porteuses de handicap, l’accompagnement individuel des étudiants vers un diplôme, la numérisation des outils déployés pour un enseignement de qualité, ainsi que la valorisation salariale et professionnelle des enseignants, sont autant d’aspects qui mettent en lumière la pertinence et l’étendue des compétences que peut fournir l’Enseignement de promotion sociale », expliquait Isabelle Simonis.

[A lire]

- L’enseignement de promotion sociale : formations d’avenir ?



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.