Un nouvel outil pour gérer les situations de crise

Un nouvel outil pour gérer les situations de crise

Un nouveau service voit le jour dans le secteur de l’Aide à la Jeunesse bruxellois : Crisis-BXL. Sa ligne téléphonique est disponible 24h/24 pour apporter des conseils et du soutien aux professionnels en cas de situation de crise, voire mettre en place directement une intervention.

Crisis-BXL s’inscrit dans le cadre de la réforme des soins de santé mentale. Il s’agit du nouveau nom pour les services Bru-Stars, qui intervient auprès des jeunes en matière de santé mentale grâce à des équipes mobiles, et le "Crisismeldpunt CAW" de Bruxelles. Le service permettra aux intervenants (médecins, éducateurs, professeurs) d’obtenir des conseils et des informations ou de faire intervenir directement des équipes spécialisées.

A quoi sert Crisis-BXL ?

Concrètement, le service Crisis-BXL met à disposition une ligne téléphonique à destination des professionnels afin de leur donner des informations sur le réseau de crise et de leur donner des avis et conseils sur les mesures à prendre. Une intervention de crise peut aussi être envisagée avec une aide courte de 3 jours maximum, ainsi qu’un accueil de crise de 7 jours maximum ou un accompagnement plus long jusqu’à 28 jours. Crisis-BXL intègre donc l’ancien service "Crisismeldpunt CAW" ainsi que les équipes mobiles de Bru-Stars.

[A lire] : La santé mentale, pas un critère de fragilité ?

Une collaboration pour Bruxelles

Le service Crisis-BXL se fonde sur la collaboration entre la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block, le ministre flamand du Bien-être Jo Vandeurzen, les membres bruxellois de la Cocom en charge de la politique de Santé Didier Gosuin et Guy Vanhengel, et la membre bruxelloise du collège de la Commission communautaire flamande (VGC) pour la Santé, Bianca Debaets. Le service est joignable 7 jours sur 7, 24 heures sur 24 au 02/209 16 36 en français et en néerlandais.

"Les jeunes se trouvant dans une situation de crise et leur entourage ne doivent pas pâtir de la complexité de Bruxelles", affirme Bianca Debaets, "Ils ont besoin d’une aide rapide et efficace lorsque cela est nécessaire."

[A lire] : Au-delà des frontières (communales)

Un service nécessaire

Pour Jo Vandeurzen, ministre flamand du Bien-être, de la Santé publique et de la Famille, "L’aide en cas de situation de crise est un pilier indispensable dans le paysage de l’aide à la jeunesse. L’intégration de l’ancien service de contact ’Crisisjeugdhulp Brussel’ au sein de Crisis-BXL est un grand pas en avant au niveau du déploiement des réseaux de crises qui couvrent tous les domaines de la vie". En effet, l’ancien service a reçu en 2017 plus de 350 notifications impliquant 476 enfants ou jeunes. Le nombre de notifications est en hausse depuis quelques années puisqu’en 2013, 153 notifications avaient été enregistrées impliquant 201 enfants et jeunes.

Grâce à ce service, les jeunes seront mieux orientés vers les services d’aide. "Les jeunes traversant une crise n’ont que faire de l’explication technique concernant les différents niveaux ou domaines politiques. Ils ont uniquement besoin d’un meilleur accueil et des meilleurs soins possibles", développe Maggie De Block, la ministre fédérale de la Santé. "Cette initiative est un bel exemple montrant comment nous pouvons organiser ceci sur le terrain. Il est également important que le numéro central puisse rediriger les jeunes vers les soins appropriés", conclut-elle.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus