Une prime pour les prestataires de soins qui travaillent après la pension

Une prime pour les prestataires de soins qui travaillent après la pension

L’INAMI versera une prime aux prestataires de soins qui continuent à exercer après leur pension. C’est ce qu’a annoncé la ministre de la Santé publique et des Affaires sociales, Maggie De Block. La mesure entre en vigueur avec effet rétroactif à partir du 1er janvier 2016.


- [A lire]  : Psy, kiné... : de plus en plus de rendez-vous ne sont pas honorés

« Les prestataires de soins qui continuent à travailler sous tarifs conventionnés après leur pension, méritent d’être récompensés. Cela n’a pas été une mince affaire mais à présent tout est enfin en ordre : l’INAMI leur versera un avantage social sous la forme d’une prime », déclare la ministre Maggie De Block.

Les conditions pour recevoir la prime sont les mêmes que celles réservées au statut social. Il est essentiel que les prestataires de soins respectent les tarifs conventionnés. Le montant sera le même que celui versé dans le cadre du statut social durant la carrière active. Au lieu de verser l’argent dans un contrat d’assurance, l’INAMI le versera directement aux prestataires de soins sous la forme d’une prime. La prime sera taxée comme les autres revenus.

- [A lire]  : Ergothérapeute indépendant... un défi passionnant !

Corriger une injustice

Grâce à cette mesure, la ministre De Block corrige une injustice dans la réglementation sur les pensions qui ne permet pas de poursuivre la construction du deuxième pilier pension après la retraite. Dès lors, accorder un statut social à des prestataires de soins pensionnés qui continuent à travailler n’est pas possible car ce statut sert justement pour la construction du deuxième pilier de pension. Grâce à cette prime, la ministre Maggie De Block souhaite récompenser ces prestataires de soins.

L’arrêté d’exécution est paru cette semaine au Moniteur belge. L’INAMI communiquera toutes les modalités pratiques de façon détaillée aux groupes professionnels concernés, ainsi que la manière dont les prestataires de soins pourront demander l’avantage pour les années précédentes.

- [A lire]  : Indépendant hospitalisé : quelles solutions ?



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus