Violences conjugales : la Cocof réquisitionne un hôtel bruxellois

Violences conjugales: la Cocof réquisitionne un hôtel bruxellois

Depuis le début de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19, une attention grandissante est portée sur les cas de violences conjugales et intrafamiliales. Le confinement a induit, malheureusement, une hausse du nombre de plaintes. Alors les associations se mobilisent. La Cocof montre l’exemple via une initiative simple : la mise à disposition d’un hôtel à Bruxelles pour accueillir les victimes.

- [A lire]  : Coronavirus : "Nous craignons une hausse des violences conjugales !"

Le sujet attire l’attention jusqu’aux sommets des organisations internationales. Comme le rapporte La Libre, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, s’est exprimé sur la question. Il regrette que « De nombreuses femmes et jeunes filles se retrouvent particulièrement exposées à la violence précisément là où elles devraient en être protégées : dans leur propre foyer ». En effet, certaines femmes sont piégées « avec des partenaires violents ». Cela a pour conséquence d’augmenter drastiquement le nombre d’appel à l’aide de ces victimes dans le monde entier, et donc en Belgique.

Car cette observation, elle est partagée par de nombreux acteurs. Alors qu’en temps normal, la Cocof peut offrir 150 à 200 places pour des femmes, accompagnées de leurs enfants ou non, ces hébergements d’urgence ont rapidement été débordés. Barbara Trachte, Ministre-Présidente de la Cocof, a donc décidé de réquisitionner un hôtel, uniquement destiné aux victimes de violences conjugales et intrafamiliales. Elles seront accompagnées et supervisées par le Centre de prévention des violences conjugales et familiales (CPVCF).

« Nécessaire d’élargir l’offre de lieux »

Comme l’explique la Ministre-Présidente, citée par bx1.be : « Le contexte de maintien à domicile complique fortement la mise en œuvre de stratégies de protection des femmes victimes de violences intrafamiliales. Il était donc nécessaire d’élargir l’offre de lieux sûrs en raison de la saturation des maisons d’accueil et des refuges. Ces femmes pourront bénéficier d’un accompagnement adéquat par le Centre de prévention des violences conjugales et familiales que je tiens déjà ici à remercier pour son implication et son professionnalisme ».

Alors que depuis le début du confinement, le nombre de plaintes a augmenté de 30%, cette mesure est destinée, à l’heure actuelle, à exister à minima jusqu’à la fin du mois de juin. L’hôtel, qui compte des chambres doubles et triples pourra accueillir jusqu’à 50 femmes et enfants dans 25 chambres différentes.

En cas de nécessité, il est possible de joindre le CPVCF tous les jours de la semaine, entre 9h30 et 17h30 au 02.539.27.44. Rappelons également que les victimes de violences conjugales et intrafamiliales peuvent appeler le 0800.30.030.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus