Elio Di Rupo : "Revaloriser le personnel et améliorer ses conditions de travail"

Elio Di Rupo :

L’accord sur le non-marchand wallon constitue une véritable avancée pour le secteur entier, après des mois vécus dans l’indifférence. Le Guide Social s’est penché en détail sur l’ensemble des acteurs concernés par cet accord. Aujourd’hui, les mots du Ministre-Président Elio Di Rupo, qui récompense au passage les efforts du secteur.

L’an dernier, alors même que la pandémie de coronavirus semait la désolation dans notre quotidien, une brutale prise de conscience s’est faite au sein de la population : chacun d’entre nous, quelle que soit sa situation, a un besoin vital de protection et doit pouvoir compter tout au long de sa vie sur des services efficaces, compétents et dévoués. Les applaudissements chaleureux qui tombaient des balcons, durant les premières semaines du confinement, sont encore dans toutes les mémoires.

Brutalement exposées aux feux de l’actualité, les personnes qui oeuvrent dans le secteur non-marchand ont d’abord été surprises, puis émues. Surprises, parce que notre société a pour mauvaise habitude de valoriser surtout les secteurs lucratifs et d’oublier celles et ceux qui ont fait le choix de servir autrui sans rechercher de gratification particulière. Emues, parce que les marques de gratitude de la population, si sincères soient-elles, ont réveillé chez beaucoup le sentiment d’être les victimes d’une injustice ordinaire, celle de ne pas être reconnus à proportion de leur investissement de tous les jours, épidémie ou non.

Les applaudissements n’ont qu’un temps

Parce que les applaudissements n’ont qu’un temps, et parce que la justice sociale est au coeur de son action, le Gouvernement de Wallonie, à l’initiative de la Ministre Christie Morreale, en charge notamment de la Santé et de l’Aide aux Personnes, a décidé voici quelques mois, pour les matières qui le concernent, d’apporter un soutien substantiel à toutes ces personnes.

En dépit d’une situation budgétaire extrêmement défavorable, la Wallonie a ainsi prévu de dégager 260 millions d’euros de manière structurelle pour la période 2021-2024, afin de revaloriser les travailleurs du non-marchand, en particulier ceux qui exercent dans le secteur social et celui de la santé. Il s’agit notamment des aides-soignantes et familiales, des infirmiers et infirmières, des travailleurs sociaux, du personnel d’entretien, des métiers logistiques et de soutien, etc., qui travaillent dans les maisons de repos, de repos et de soins, de soins psychiatriques, dans les structures d’accueil et d’hébergement pour personnes en situation de handicap, et pour les publics fragilisés, dans les centres de revalidation ou encore dans les services d’aides aux familles et aux aînés. Il s’agit en fait de tous ceux et de toutes celles qui nettoient, cuisinent, réparent, prennent soin des plus faibles.

- Lire aussi : Accord non-marchand wallon : "Gare aux conséquences de la réforme APE !"

62.753 ETP concernés

Cet accord non-marchand concerne 62.753 équivalents temps plein (47.000 pour le secteur privé et 15.753 pour le secteur public et il poursuit deux objectifs majeurs. Tout d’abord, revaloriser le personnel et améliorer ses conditions de travail, notamment en allégeant la charge de travail par des engagements complémentaires. Cela permettra en outre de susciter de nouvelles vocations chez les jeunes. Ensuite, l’accord permet d’aligner les barèmes du personnel des institutions wallonnes transférées à la suite de la sixième réforme de l’Etat sur les barèmes fédéraux des soins de santé.

Il appartient maintenant aux partenaires sociaux, sur la base de cet accord et des ventilations budgétaires arrêtées, de poursuivre leurs discussions selon les modalités et spécificités propres à chaque secteur en vue de la conclusion d’accords sectoriels.

A titre d’exemple, les mesures qui pourront être reprises dans ces accords sectoriels, outre l’alignement des barèmes, pourront consister, dans les secteurs des maisons de repos, des maisons de soins psychiatriques, des habitations protégées et des centres de revalidation, en la création de centaines d’emplois pour renforcer les équipes. Des avancées sont également à l’horizon, un horizon tout proche, pour d’autres secteurs comme ceux du handicap, des aides aux familles, des entreprises de travail adapté : des créations d’emplois et des mesures de fin de carrière aideront à réduire la pénibilité du métier tout en augmentant l’attractivité, si importante pour l’avenir de ces métiers.

Une prime de 985€ brut

En complément à cet accord du non-marchand, le gouvernement wallon a aussi décidé fin de l’année 2020 d’octroyer une prime de 985 euros brut par travailleur des secteurs socio-sanitaires résidentiels et ambulatoires du ressort de la Région qui ont potentiellement assuré une prise en charge sanitaire des malades de la covid pendant la période du 1er septembre au 30 novembre.

On le voit, les choses bougent et cette marche en avant est stimulée par un gouvernement de Wallonie plus déterminé que jamais à soutenir tous ces métiers indispensables. Bien sûr, notre champ de compétences est limité en la matière, mais pour ce qui nous concerne, nous agissons avec force et détermination. Pour conclure, je souhaite adresser encore une fois toutes mes félicitations et tous mes remerciements aux femmes et aux hommes évoqués ici, dont l’apport à notre société est absolument vital.

Elio Di Rupo

Ministre-Président wallon



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus