"Infirmier(e), plus qu’une vocation, une profession"

La COVID-19 a changé nos vies et a eu un impact considérable sur la vie des infirmières et leurs lieux d’exercice. La fédération remercie sincèrement et chaleureusement les infirmières et sait à quel point la crise que nous traversons nous affecte.

La détermination, la mobilisation et l’implication dont la profession fait preuve nous rendent bien humbles face aux défis relevés.

En deux mots : Merci et Bravo !

Cependant, le caractère fondamental des soins infirmiers n’a pas changé, et ce malgré la pression énorme sur notre environnement de santé. Véritable révélatrice des failles de notre système de santé, cette crise nous fait prendre conscience qu’il est fondamental de définir une vision pour les soins de santé futurs, et ce en parfaite concertation et collaboration avec les infirmiers.

- Lire aussi : Journée internationale des infirmières : "Reconnaître la pénibilité du métier !"

Cinq axes de travail

La fédération n’aura de cesse de défendre la définition et l’adoption d’un plan d’attractivité et de fidélisation pour l’ensemble de la profession.
Ce plan devra s’appuyer sur des actions concrètes à court, moyen et long termes en se basant sur les 5 axes de travail suivant :

  • Des normes d’encadrement de qualité pour des soins de qualité dans tous les secteurs des soins infirmiers.
  • Une différenciation des fonctions équitable, correctement financée en regard des responsabilités et de l’employabilité de chacun.
  • Des moyens de formation (y compris la formation continue) adéquate et de qualité, avec des objectifs précis à court et à moyen terme.
  • Une représentation réelle et équilibrée de la profession infirmière dans les organes qui la concernent.
  • Une prise en compte urgente de la détresse émotionnelle des soignants et des managers.

Les défis sont encore nombreux et nous espérons être à l’aube de cette réflexion, de ce nouveau départ afin de récupérer le retard accumulé et de réellement développer une culture de l’anticipation concernant la profession infirmière dans notre pays.

Pour conclure, nous souhaitons comme tout un chacun un retour à une vie normale, véritable socle de notre vie sociale. Une vie où l’essentiel reprend le pas sur l’urgence, car : « À force de sacrifier l’essentiel à l’urgence, on finit par oublier l’urgence de l’essentiel »

En terminant par cette phrase d’E. Morin, nous vous invitons également à prendre soin de vous comme vous avez pu et prenez toujours soin des patients et de leurs proches.

Encore merci.

Pour la Fédération Nationale des Infirmièr(e)s de Belgique,

Adrien Dufour, président de la fédération

Alda Dalla Valle, vice-présidente de la fédération



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus