Maisons de repos : "Soulignons tout ce qui s’y passe de formidable, même en période de crise !"

Maisons de repos:

Nous sommes directeurs et médecins coordinateurs de maisons de repos, et ces derniers temps, de repos il n’a plus été question ! La crise COVID-19 nous a bousculés, inquiétés et épuisés. Tout le personnel s’est adapté, affrontant des événements et des contraintes humainement difficiles, en veillant à préserver un maximum de qualité de vie pour les résidents. Cependant, les propos alarmistes sur notre secteur qui ont circulé dans les médias, nous ont terriblement malmenés. Nous avons trop souvent entendu que les maisons de repos étaient des lieux à éviter.

A-t-on oublié tout ce que les maisons de repos apportent de positif aux aînés dont le vieillissement est difficile et pour qui l’accompagnement par des professionnels est le gage d’une vie plus sûre et sereine ? En tant que directeurs et médecins coordinateurs de maison de repos, il nous semble essentiel de souligner tout ce qui s’y passe de formidable, même en période de crise sanitaire !

Nous avons constaté de la résilience chez les résidents, de la bonne humeur et de l’attention aux autres. Nous avons apprécié le soutien et la compréhension des familles. Nous avons vu, chaque jour, avec fierté et gratitude, le personnel soignant, médical, d’entretien, de cuisine, d’accueil,… rester présent malgré ses craintes. Chacun s’est démené pour les résidents, convaincu de sa mission et du sens de ses actions. Et derrière les masques se cachait un sourire rassurant et soutenant pour les aînés : vos proches, votre famille, vos amis.

Nous avons besoin d’énergie positive

Ensemble, nous avons mené des actions enthousiastes et concrètes dont voici des exemples :

  • Discuter avec les résidents de ce qui se passe dans le monde, en tentant de relativiser la panique relayée par les médias concernant les risques encourus ;
  • Envisager avec le résident ses choix de vie, dont son projet de fin de vie, et ce en concertation avec sa famille et son médecin ;
  • Rassurer les proches en expliquant que la situation vécue en interne peut être différente et bien moins pire que ce qu’ils peuvent entendre ou supposer de l’extérieur ;
  • Rester créatif et dynamique, et multiplier les initiatives pour égayer le quotidien ;
  • Organiser des visioconférences entre les résidents et leurs proches, technologie a priori peu maîtrisée dans le secteur, mais qui a provoqué tant de beaux sourires ; prendre tant de photos des résidents dans leurs activités afin de les partager avec leurs proches ;
  • Assumer le rôle essentiel de médecin coordinateur, présent et soutenant, en collaboration avec les médecins traitants ne pouvant plus voir leurs patients qu’en cas d’urgence ;
  • Apprendre en un temps record des règles d’hygiène inédites jusqu’ici, gérer la crise, suivre les recommandations officielles complexes, adapter ses pratiques, communiquer aux équipes, gérer les absences pour maladie, rassurer…
  • Et maintenant, enfin, progresser vers un déconfinement, mais avec prudence et dans le respect des besoins de chacun : résidents, proches et collaborateurs.

Dès lors, nous regrettons d’entendre parler des maisons de repos comme des lieux de vie à fuir, ou des lieux qui ne parviennent pas à évoluer. Nous avons besoin d’énergie positive pour rester enthousiasmé par ce travail, stimuler les équipes de terrain, être fier de l’accompagnement apporté chaque jour aux aînés fragilisés de notre société. Demain, nous voulons continuer à soutenir chaque aîné qui vit en maison de repos, que ce soit par choix délibéré ou parce que la vie l’y contraint.

Nous aspirons à ce que tout citoyen puisse se dire : « Si un jour ce vieillissement difficile me concerne, moi ou un de mes proches, je serai rassuré de pouvoir compter sur le soutien de professionnels qualifiés, qui font un boulot formidable pour améliorer la qualité de vie des aînés et les aider à rester dignes, autonomes, respectés ! ». Il est urgent de rappeler que la reconnaissance et la confiance dans tout le secteur des maisons de repos sont utiles et indispensables à chacun. Il est urgent d’en parler positivement pour nous aider à progresser.

Rédigé par Chantal Dehon, Directrice et le Docteur Thérèse Clérin, Médecin coordinateur.

Co-signé par des directeurs et des médecins coordinateurs optimistes : Pour les Directions : Christian Bellaert, Vincent Borrey, Patricia Colasante, MC Corbisier, José Cossez, Isabelle Dasnoy, Séverine de Jaegher, Frans De Lauwer, Philippe Druet, David Ducro, Ariel Dutrieux, Mariam Ennahou, Pascale Gossiaux, Jean-Marc Hendrick, Jonathan Jarema, Florie Lenoir, Yves Lenoir, Bertrand Mathy, P Mullens, Manuel Prévot, Luca Puntellini, Agnès Ricotta, Eddy Wanet ; Pour les Médecins Coordinateurs et Conseillers : B. Atquet, Dominique Grosjean, Sophie Kicq, D. Lamy, Philippe Lebecq , Audrey Meire, Anne-Sophie Michel, Marc Sturtzer, Gaël Thiry, Adrien Vanderborght, Corinne Vaysse-Van Oost.

[Sur le même sujet] :
- Maisons de repos : après l’incendie, l’innovation ?
- Les maisons de repos refusent de payer le matériel urgent et essentiel
- Maisons de repos face au Covid-19 : "S.O.S. d’un secteur en détresse"
- "Après 2 journées de volontariat, l’idée d’y retourner m’angoisse"
- L’ASBL Largardère vole au secours des aînés confinés à domicile
- Coup de gueule d’une maison de repos : "Une blague qui ne fait plus rire personne"



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus