"Non au moratoire pour les placements des Français en situation de handicap en Belgique"

Le 21 janvier dernier, Mme Cluzel, Secrétaire d’Etat française en charge du handicap et son homologue belge, Mme Christie Morreale, se fendaient d’un communiqué commun pour annoncer un moratoire sur le nombre de places attribuées aux Français dans les établissements wallons du handicap. Une décision que conteste deux associations de terrain : AFrESHEB ASBL (Association pour les Français en situation de handicap en Belgique) et Réseau Bulle France.

Cette démarche fait suite à une promesse électorale du candidat Macron qui s’était engagé à ce que les personnes autistes n’aient plus l’obligation d’aller à l’étranger pour trouver pour trouver une place dans une structure qui réponde à leurs besoins.
Ce en quoi, l’Agence Régionale Santé des Hauts de France a fixé le cap en proposant aux établissements une convention d’objectif capacitaire limitant le nombre de bénéficiaires.

Mais que propose la France pour lutter contre l’exode en Belgique ?

90 millions d’euros sur 3 ans, soit 30 millions par an, un plan d’accompagnement global, une réponse accompagnée pour tous, une communauté 360, une remise en question de la loi de 2005 sous couvert d’appels à projets limitant ostensiblement le nombre de bénéficiaires, des réponses ponctuelles et non durables relevant une insuffisance notoire quant aux besoins réels.

Lire aussi : Français handicapés en Belgique : quand le gouvernement français et les associations écartent les experts

Des alternatives

Cela est d’autant plus vrai que sont pénalisées les personnes qui nécessitent une prise en charge complète et que les personnes concernées par les problématiques complexes sont celles dont la France ne voulait pas et qu’on a bienveillamment envoyées en Belgique….

N’est-il pas plus pertinent d’apporter les solutions concrètes et finalisées sur le territoire national en conservant les solutions belges au risque de voir enfler le nombre de sans solutions déjà grand en la matière ?

Nous demandons donc la suspension immédiate de ce moratoire, tant que les solutions équivalentes ne seront pas apportées en France. Et nous demandons à la France de respecter la convention relative aux droits des personnes handicapées qu’elle a signée et ratifiée, notamment l’article 18 sur le choix de la résidence et la nationalité.

Lire aussi : Handicapés français en Belgique : la maîtrise des départs au coeur des débats

AFrESHEB ASBL (Association pour les Français en situation de handicap en Belgique)

Réseau Bulle France



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus