Réforme de la santé mentale : les soins se déplacent près de chez vous

05/05/14
Réforme de la santé mentale: les soins se déplacent près de chez vous

La semaine passée, un colloque vantait la nouvelle politique des soins en santé mentale organisés en réseaux, qui favoriserait des pratiques innovantes dans la profession. La tendance de ce nouveau modèle est clairement d’amener les soins vers les demandeurs plutôt que de les sortir de leur domicile et, de les traiter en milieu résidentiel. Pour cela, cinq fonctions ont été mises en place.

 Réseau Santé Namur : quand la réforme de la santé mentale devient concrète

 Santé mentale : la nécessité d’ancrer les soins dans la communauté

C’est en 2002 que tous les ministres compétents pour la Santé publique, la politique de la Santé et les Affaires sociales ont signé une déclaration conjointe qui précise que les soins en santé mentale, tant aigus que chroniques, seront à l’avenir organisés en réseaux de soins afin de favoriser une meilleure adéquation avec les besoins des patients.
Entre reconversion de la psychiatrie et développement de circuits de soins, les traitements s’organisent désormais selon cinq fonctions clés, avec pour finalité le maintien des personnes au sein de leur environnement et de leur tissu social d’origine.

Prévention, détection précoce, et diagnostic

La première fonction vise à développer des activités en matières de prévention et de promotion des soins en santé mentale pour faciliter la détection précoce, le dépistage et la pose d’un diagnostic. Cela sous-entend un accueil de la demande accessible et, l’organisation d’une réponse de proximité adaptée aux difficultés psychiques ou psychologiques de la population du territoire concerné.

Des équipes qui se déplacent là où vous êtes

La deuxième fonction est de faire circuler des équipes ambulatoires de traitement intensif, aussi bien pour les problèmes psychiques aigus que chroniques. Cela permet d’offrir des soins adaptés aux personnes directement là où elles vivent. L’originalité réside ici dans l’alternative à l’hospitalisation en créant une offre mobile, avec une intervention immédiate et intensive.

Réinsertion et inclusion sociale

La troisième fonction prévoit des équipes de réhabilitation travaillant à la réinsertion et à l’inclusion sociale. Ce programme prend en considération le développement des capacités permettant une autonomie suffisante dans la vie journalière, mais également le développement des capacités sociales par la participation à une vie communautaire, culturelle et aussi par l’élaboration d’un projet professionnel adapté.

Une prise en charge plus intensive pour une urgence psychiatrique

La quatrième fonction fait appel à des unités intensives de traitement résidentiel, aussi bien pour les problèmes psychiques aigus que chroniques, lorsqu’une hospitalisation se révèle indispensable. Cela concerne les personnes qui sont dans une phase tellement sérieuse que l’aide dans l’environnement de vie ou au domicile n’est temporairement pas indiquée. Ces unités sont caractérisées par des séjours de courte durée, d’une grande intensité et fréquence ainsi que d’un encadrement spécialisé, afin d’optimaliser les possibilités de retour au domicile et les chances d’insertion du patient.

Des formules résidentielles spécifiques

Enfin, la cinquième fonction propose des formules résidentielles spécifiques permettant l’offre de soins, lorsque l’organisation des soins nécessaires à domicile ou en milieu substitutif du domicile est impossible. Cette fonction concerne le développement d’habitats spécifiques (hébergements protégés, appartements supervisés, logement adapté ) pour des personnes qui souffrent de problématiques psychiatriques chroniques stabilisées et, qui présentent des possibilités d’intégration sociale réduites. Ces habitats ont pour but d’apporter un soutien à l’organisation de la vie quotidienne.

Ces cinq fonctions impliquent nécessairement une collaboration avec tous les acteurs concernés à différents niveaux. Le réseau ainsi construit est multidisciplinaire et basé sur des modalités d’intervention flexibles qui permettent la mise en place de parcours thérapeutiques personnalisés.

Delphine Hotua

Lire aussi : Santé mentale : les pratiques innovantes portent leurs fruits

N’hésitez pas à participer, commenter et réagir sur nos réseaux sociaux ou Forum.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus