La relation soignant-soigné

La relation soignant-soigné

La communication entre le personnel soignant et les patients est parfois difficile. Quelques repères peuvent baliser les échanges et faciliter la transmission d’informations.

L’écoute active, l’observation, le soutien, la vérification de la compréhension du patient ou encore l’accueil de ses émotions : la relation soignant-soigné doit requérir toute notre attention. Dans des contextes souvent chargés émotionnellement, le soignant devra veiller tout au long de l’entretien à mettre en place une communication respectueuse et bienveillante.

Repérer et reconnaître l’émotion du patient

Accueillir et même susciter l’expression des difficultés du patient est important. En effet, la reconnaissance de l’émotion est primordiale. L’intervenant doit également voir quelles sont les préoccupations et soucis spécifiques de la personne qui lui fait face. Il pourra ainsi l’aider à mettre en mots son ressenti et à prioriser certaines de ses préoccupations.

Apporter l’information et le soutien appropriés

Une fois l’information transmise, une règle importante consiste à vérifier la compréhension du patient. L’information doit être graduelle, simple, formulée dans un langage clair, accessible. Tout jargon est à bannir. La redondance sera privilégiée, ainsi que des temps réservés aux questions éventuelles du patient.

La relation au cœur du processus

Etablir un lien, une sorte d’alliance, un contexte relationnel de qualité seront également indispensables. Le non-verbal doit faire l’objet de toute notre attention, tant le nôtre que celui du soigné. Le soignant doit prendre le temps d’expliquer mais surtout de vérifier ce que le patient a compris. Il s’agit en outre de déceler ses réticences, et d’évaluer ses éventuelles difficultés d’adhésion aux traitements.

Le rôle du soignant

Faciliter et permettre l’expression des émotions, accepter et reconnaître la tristesse ou la colère éventuelle du patient, son sentiment d’impuissance, être disponible pour lui, seront autant d’éléments permettant une communication harmonieuse et efficace. Le silence sera accueilli et respecté. Il favorisera sans doute l’expression du ressenti.

Les stratégies de communication

Quelques techniques simples en matière de communication peuvent grandement faciliter les choses : utiliser des questions ouvertes, clarifier ce qu’on ne comprend pas, éviter les questions multiples ou suggestives, pratiquer l’écoute active, reformuler ou clarifier les propos du patient pour vérifier sa compréhension. La qualité du soin dépend de celle de la relation nouée entre soignant et soigné, c’est pourquoi celle-ci doit retenir toute notre attention.

DB, psychologue

[A lire] :

- Passage à l’acte et acting out, une distinction capitale dans la pratique clinique
- Psy et coach, deux casquettes qui se complètent ou qui s’opposent ?
- Vous avez dit Pleine Conscience ?
- De l’utilité des projets pilotes dans le paysage institutionnel
- La blouse blanche, un « costume » particulier…
- La place du psychologue dans la formation des jeunes adultes
- Là où ne mène aucune échelle : les entretiens libres
- Aménager un cabinet privé, bien au-delà de la déco…
- Le dossier "psy" : une affaire de transparence et de confidentialité



Commentaires - 1 message
  • Cet article est très bien construit. Il met l'accent là où c'est nécessaire.
    Bravo et merci!

    jean46 vendredi 2 juin 2017 13:53

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.