Psychomotricien : quid de la formation ?

Psychomotricien : quid de la formation ?

Le psychomotricien est un spécialiste du mouvement humain. Il analyse la relation entre les actions du corps et le fonctionnement de l’esprit et permet un meilleur développement psychologique et moteur. Quelle est sa formation ?

Depuis quelques années, la profession de psychomotricien fait l’objet de nombreuses polémiques. Suite à la décision de la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block, de ne pas reconnaître le métier de psychomotricien comme profession paramédicale, des actions ont été menées en justice par la Fédération des Etudiants Francophones (FEF) et l’Union Professionnelle Belge des Psychomotriciens Francophones (UPBPF). Explication sur une formation qui, malgré l’interdiction de certains actes thérapeutiques, est toujours demandée par de nombreux étudiants.

[DOSSIER]

- Les psychomotriciens persistent, et ça paye !
- Les psychomotriciens reprennent les armes

Plusieurs formations possibles

Il existe plusieurs formations pour devenir psychomotricien. Tout d’abord, les étudiants peuvent réaliser un Bachelier professionnalisant de 3 ans en Haute Ecole. Pour cela, il faut être détenteur d’un Certificat d’enseignement secondaire supérieur (CESS) ou d’un titre reconnu équivalent. Ce Bachelier est aussi proposé en enseignement de promotion sociale pour une durée de 3 ans à 3 ans et demi, avec des cours 2 à 3 fois par semaine. Lors du Bachelier, les étudiants suivent des cours théoriques et pratiques en rapport avec leur futur métier : premiers soins, psychologie, analyse du mouvement, droit et législation sociale, théorie de la psychomotricité... En première année, 120 heures d’activités d’intégration professionnelle sont prévues, dont 60 heures de stage d’observation. En deuxième et troisième année ont lieu des stages d’intervention dans les différents milieux où exerce le psychomotricien.

[A lire] : Psychomotricité : le procès va enfin commencer !

La pratique du métier

Pour devenir psychomotricien, il est important de développer certaines compétences :

- comprendre et prendre en compte les dimensions éthiques, légales et déontologiques du métier ;
- assurer une communication adaptée au milieu professionnel ;
- développer une expertise grâce à la pratique professionnelle et innover dans ses pratiques.

Le psychomotricien peut être sollicité dans différentes structures comme les centres d’accueil de la petite enfance, les services de santé mentale, les structures d’accueil pour personnes handicapées ou les maisons de repos, mais aussi dans des maisons de quartiers ou des lieux d’animation et de loisirs.

[A lire] : Psychothérapie et psychomotricité, même combat ?

Se spécialiser en psychomotricité

Pour certains professionnels, il est possible de se spécialiser en psychomotricité en un an. La spécialisation est accessible aux personnes disposant d’un diplôme d’agrégé en éducation physique, d’un diplôme en ergothérapie, en kinésithérapie, en psychologie, en soins infirmiers ou encore en logopédie. C’est aussi le cas pour d’autres diplômes dans lesquels des modules scientifiques préalables sont obligatoires comme les diplômes d’éducateur, d’instituteur, d’assistant social ou d’agrégé de l’enseignement secondaire inférieur. Il s’agit non pas de travailler en tant que psychomotricien mais d’obtenir une qualification en psychomotricité en conservant son titre initial. Ces professionnels ne pourront en effet pas être admis auprès de l’Union Professionnelle Belge des Psychomotriciens Francophones (UPBPF), puisque l’admission implique de travailler comme psychomotricien depuis 2 ans au moins.

Depuis la reconnaissance en 2015 du Bachelier professionnalisant par l’UPBPF, la Région wallonne, les mutuelles et l’Académie de Recherche et de l’Enseignement Supérieur (ARES), cette spécialisation n’est plus proposée que par une école et le Bachelier est la seule formation professionnalisante.

[A lire] : Rien ne bouge pour la psychomotricité

La thérapie psychomotrice en formation complémentaire

Enfin, il est aussi possible de se former à la thérapie psychomotrice. Ce type de formation s’effectue en 3 ans en école privée. Pour cela, il faut disposer d’un diplôme reconnu dans le domaine éducatif, psychologique ou paramédical et faire preuve d’une expérience professionnelle suffisante avec les enfants. Cependant, la formation ne délivre pas un diplôme officiel et ne permet pas d’être reconnu membre effectif de l’UPBPF. Pour cela, il faut introduire un dossier auprès de la Commission de passage du conseil d’administration de l’UPBPF.

Il existe également une formation en promotion sociale au CPSE à Liège, accessible aux psychomotriciens qui souhaitent pousser leur compréhension de la relation thérapeutique.

[A lire] : Le statut de la Psychomotricité doit être clarifié

Vers des passerelles pour les psychomotriciens ?

La formation étant relativement récente, il n’existe pas de passerelles. En revanche, avec les récents problèmes liés à la reconnaissance du métier, la possibilité d’une passerelle vers l’ergothérapie a été évoquée.

[A lire] : Ergothérapeute indépendant... un défi passionnant !

Source : Le Siep



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus