Garde à domicile : salaire, formation et débouchés

03/11/22 # Garde malade
Garde à domicile : salaire, formation et débouchés

Le garde malade, ou garde à domicile, est un professionnel de l’accompagnement qui apporte une aide précieuse aux personnes en perte d’autonomie et à leurs proches. Véritable soutien quotidien, il aide ses bénéficiaires à préserver un mode de vie indépendant et à réaliser de nombreux gestes. Focus sur les qualités requises pour pratiquer ce métier, ses réalités, mais également sur les formations et salaires propres à la profession.

Garde malade, garde à domicile : quelles différences ?

Garde malade, garde à domicile : ces deux termes désignent des métiers similaires, mais des statuts différents. En effet, le titre de garde-malade est protégé et ne peut être légalement utilisé.

Le garde à domicile est un aidant quotidien. Il peut avoir à sa charge une personne âgée, atteinte d’un handicap ou encore, souffrant d’une maladie. Quelle que soit la raison de la perte d’autonomie, l’aide à domicile joue le rôle de support auprès de son bénéficiaire, dans le but de faciliter ses interactions avec son environnement. Il soulage ainsi les aidants proches, eux-mêmes souvent accaparés par les soins.

Que fait un garde à domicile ? Ses différentes missions

L’aide à domicile a la responsabilité de nombreuses tâches. Il intervient en support de la famille et des aidants proches. Son intervention est complémentaire à celle d’un aide familial ou d’une équipe soignante. Il est ainsi amené à :

  • S’occuper de la toilette de son patient ;
  • Se charger du transport de son patient dans ses déplacements ;
  • S’occuper des tâches ménagères qui sont hors de portée de son patient ;
  • Réaliser diverses tâches domestiques : courses ménagères, etc. ;
  • Aider son bénéficiaire à cuisiner et à prendre ses repas ;
  • Assurer une présence permanente auprès de son bénéficiaire, interagir avec lui, veiller à son confort.

En bref, il assure un rôle de soutien dans les activités que ne peut pas réaliser son patient seul. Il est également attentif à son bien-être mental. Attention cependant ; le garde malade n’est pas un aide-soignant ou un infirmier. Il ne peut ainsi pas réaliser des tâches requérant une expertise médicale et ne remplace pas un médecin, un psychologue ou un kinésithérapeute. Par exemple, si une administration de médicaments est nécessaire, le garde-à domicile n’a pas pour responsabilité de les doser. Il peut cependant s’assurer de leur prise par le patient à heures fixes. Il ne s’agit pas non plus d’une aide familiale : ce professionnel est avant tout au service de son bénéficiaire.

La dimension sociale : une facette incontournable du métier

Le garde malade n’aide pas seulement son patient dans la réalisation de gestes pratiques. Il contribue également à contrer son isolement social éventuel et joue un rôle précieux de soutien moral. Il accompagne ainsi son patient dans diverses activités sociales et l’aide à les maintenir. Il permet à des personnes souvent amenées à l’isolement de par leur état, qui induit bien souvent un manque de mobilité, à garder un lien avec le monde extérieur. Cette facette relationnelle est un aspect important du métier.

Quelles qualités pour être garde malade à domicile ?

Patience, rigueur, soin, empathie, serviabilité, respect : telles sont les qualités que doit présenter, entre autres, le garde-malade.

Il n’est pas toujours aisé d’aider une personne invalide à réaliser les tâches pénibles du quotidien. C’est pourtant la principale mission du garde malade. Non seulement cela demande une bonne résilience mentale, mais également physique ; l’aide à domicile est ainsi amené à porter ou soutenir son patient d’une chaise à l’autre, ou lors de la toilette. La pénibilité physique du métier ne doit pas être ignorée.

Amené à prendre soin de personnes fragilisées, il doit être soigneux et rigoureux. La propreté ne doit pas être prise à la légère, qu’il s’agisse de la toilette du patient, ou de l’entretien de son environnement. Il en va de même lors de la préparation des repas.

L’impact psycho-social du métier est également important. Un garde malade accompagne parfois des personnes en fin de vie ; il soutient des patients qui peuvent montrer une fragilité psychologique et/ou émotionnelle. Il est donc important que l’aide à domicile soit lui-même capable de gérer ses émotions et de faire preuve d’empathie, de patience, tout en sachant prendre du recul sur son vécu.

Véritable accompagnant social, le garde malade est aussi à l’écoute des proches de son patient ; il les rassure et se montre digne de leur confiance. Il est également attentif aux indications des professionnels de la santé qui entourent le patient : recommandations diététiques, difficultés à déglutir, prise de médicaments,…

Un garde à domicile est-il une aide familiale ?

Ces deux métiers, s’ils amènent le professionnel qui les pratique à réaliser des tâches similaires, sont différents. Le garde à domicile est centré sur une seule personne, son patient, une personne qui a besoin d’aide et d’attention constante. L’aide familial est au service de la famille. Ainsi, tandis que l’aide-familial peut être amené à faire des courses domestiques pour tous, le garde-malade accompagnera son patient à l’occasion de courses alimentaires - ou autres - pour l’unique bénéfice de celui-ci. Il en va de même pour la préparation de repas et bien sûr, l’aide à la prise alimentaire.

Pourquoi devenir garde-malade à domicile ?

Le métier de garde-malade est une profession aux nombreux atouts. Il permet aux personnes sociables qui souhaitent prendre soin des autres de pleinement s’épanouir. De plus, ce métier fait partie du secteur de l’aide à la personne. Or, ce domaine d’activité fait face à une demande croissante et est, de ce fait, en pleine expansion. La demande de main d’œuvre est donc appelée à augmenter dans un avenir proche.

Comment devenir garde à domicile ? Les formations

Il existe plusieurs voies de formation pour devenir garde à domicile.

Durant les études secondaires, il est déjà possible d’accéder à une formation qui vous donne accès à cette profession. Les formations concernées sont les suivantes :

  • Aspirant(e) en nursing (niveau technique de qualification)
  • Aide familial(e) (enseignement professionnel)
  • Aide-soignante (enseignement professionnel)
  • Puériculteur/rice (enseignement professionnel)

Le CEFA, Centre d’Éducation et de Formation en alternance, propose également plusieurs formations en lien avec la profession. Elles sont accessibles aux élèves des 2ème et 3ème degrés de l’enseignement professionnel et au 3ème degré de l’enseignement en technique de qualification. Il s’agit des formations d’Aide familiale() et d’aide-soignant(e).

Enfin les formations d’aide-soignant(e) ou d’aide-familial(e) dispensées par les établissements de promotion sociale donnent également accès à la profession.

Enfin, il existe de nombreuses options de formation continue, comme l’approche Montessori, la gérontologie, l’accompagnement palliatif, l’accompagnement de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer…

Quel est le statut d’un garde malade ?

Le garde-malade peut travailler sous le régime indépendant ou salarié auprès d’un organisme d’aide à domicile agréé et subsidié par les pouvoirs publics. De nombreuses sociétés emploient des travailleurs sous le statut d’indépendants. Il est également possible d’être employés en CDI, CDD, contrat de remplacement… Au sein d’une société spécialisée dans ce type de services.

Quel est le salaire d’un garde-malade ?

Le salaire des garde-malades à domicile est calculé selon l’échelle barémique de la sous-commission paritaire 318.01 en Wallonie. Le tarif moyen d’une garde à domicile varie souvent entre 9,00€ et 12,00€ de l’heure. Bien entendu, ce tarif peut varier en fonction de l’ancienneté, du type de prise en charge ou encore, de l’horaire de la prestation.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous tourner vers les fédérations d’aide à domicile belges : la FEDOM, Fédération des Services d’Aide à Domicile en Wallonie, ou la FSB, fédération des Services Bruxellois d’aide à domicile.

Quels sont ses horaires ?

La présence de ce professionnel peut être requise à toute heure du jour ou de la nuit. Il s’agit d’assurer un soutien quotidien, seul ou en complémentarité avec la famille, d’une personne qui a besoin d’une aide constante. Il revient au travailleur, à l’entreprise qui l’emploie et au bénéficiaire des services / sa famille, de déterminer quels sont les horaires qui conviennent le mieux. Il est cependant fréquent qu’un garde-malade travaille selon le régime 38 heures/semaine.

Sachez cependant que si vous êtes à la recherche d’un emploi de jour, le métier de garde-malade ne vous conviendra peut-être pas. Il est fréquent qu’une présence doive être assurée de nuit, ou lors des week-ends et jours fériés.

Le recours à un garde-malade peut également se faire de façon ponctuelle (en cas d’indisponibilité de l’aidant habituel) ou sur le long terme.

Garde à domicile : un métier d’avenir !

Le métier de garde-malade fait partie des professions appelées à être de plus en plus répandues dans les prochaines années. En cause, notamment, le vieillissement de la population et la reconnaissance du métier. Si vous avez la fibre sociale, que vous souhaitez allier soin, écoute et bienveillance, dans un métier profondément humain, n’hésitez pas à vous tourner vers cette voie professionnelle.

[Découvrez les autres professions du secteur psycho-médico-social] :
 Les témoignages
 Les fiches métiers



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus