Puériculteur.rice : un métier au contact des tout-petits

15/06/21
Puériculteur.rice : un métier au contact des tout-petits

Le puériculteur est un professionnel de santé spécialisé dans la prise en charge d’enfants dès leur plus jeune âge, qui peut aussi bien exercer dans une crèche que dans un hôpital. Vous trouverez dans cet article une présentation complète sur le métier de puériculteur.

- Notre rubrique "fiche métier" dédiée aux professions de la santé et du social

En quoi consiste ce métier ?

En plus d’assurer un suivi quotidien des enfants qu’il a à sa charge, le puériculteur / la puéricultrice est chargé d’assurer les soins d’hygiène et de santé des petits. Il doit être capable de déceler de potentiels symptômes. Il doit aussi veiller à l’hygiène de tous les objets avec lesquels les enfants pourraient être en contact.

Sur le plan pédagogique et éducatif, le puériculteur n’est pas en reste. Entre autres, il apprend aux enfants à des gestes de base : marcher, manger, rester propre... Il met aussi en place des activités ludiques adaptées aux profils des enfants pour qu’ils commencent à découvrir leur environnement, en leur laissant la plupart du temps une certaine liberté d’action. Il lui faut aussi tenir compte des besoins spécifiques que peuvent avoir certains enfants et rester très attentif à leur comportement, qu’ils ne se mettent pas eux-mêmes en danger.

- Lire aussi : Education non sexiste à la crèche : "L’accompagnement des enfants dans leur jeu fera la différence"

Le puériculteur doit être toujours en alerte et attentif aux gestes de l’enfant, et surtout des plus jeunes : la communication avec les tout-petits passant par la voix d’un côté, les mouvements et les sons de l’autre, il doit être capable de détecter d’éventuels soucis de santé, de motricité, de compréhension, etc. Pour cela, la relation professionnelle qu’il établit avec les parents est fondamentale et doit permettre d’instaurer une collaboration : comme il est en contact privilégié avec l’enfant, il est un peu un relai, il doit conseiller et parfois rassurer les parents, sans jouer ce rôle de parent lui-même.

Enfin, si l’établissement où le puériculteur est employé suit un projet pédagogique destiné aux enfants, il peut être chargé de participer à sa conception et à sa mise en œuvre. Il doit savoir communiquer avec son équipe et sa direction. Enfin, il existe deux prérequis à l’exercice de la fonction de puériculteur : présenter un extrait de casier judiciaire (vierge) et un certificat médical indiquant son immunité contre la rubéole et une bonne santé mentale et physique.

Quelles sont les compétences à acquérir ?

- Comprendre les besoins des enfants et leur stade de développement

- S’adapter aux besoins particuliers de certains enfants

- Reconnaître les symptômes de maladie et apporter les premiers soins si nécessaire

- Assurer les soins de santé et d’hygiène

- Favoriser l’autonomie des enfants en les accompagnant

- Proposer des activités ludiques adaptées à leurs besoins

- Prévoir les accidents et ne pas mettre les enfants en danger

- Communiquer, que ce soit avec les parents et les collègues

- Respecter le secret professionnel et la déontologie de sa profession

Quelles sont les qualités requises ?

- Ouverture d’esprit

- Sens des responsabilités et autonomie

- Capacités d’adaptation, d’observation et de réactivité

- Ecoute, patience et douceur

Quels sont les débouchés et perspectives d’avenir ?

De nombreuses structures d’accueil accueillent des puériculteurs : crèches, maisons communales d’accueil de l’enfance, maisons d’enfants, centres d’accueil d’enfants à besoins spécifiques, etc. On en retrouve aussi en milieu hospitalier (services de maternité, de pédiatrie...) et parfois dans l’enseignement fondamental au soutien des instituteurs maternels et dans les structures d’accueil extra-scolaires. Enfin, dans certains cas, il peut également travailler à domicile chez les parents.

Cependant, il est également possible d’ouvrir sa propre crèche, ce qui permet une certaine autonomie de travail.

Quelle formation pour devenir puériculteur ?

Pour devenir puériculteur, on peut se lancer dans une formation en option Puériculture, accessible dès la 5è professionnelle. Il faut donc débuter une scolarité secondaire dès la 5è et valider le certificat d’études de 6è année professionnelle (CE6P) pour rentrer en 7è année. L’enseignement dure trois ans. A l’issue de la 7è année, le Certificat d’Enseignement Secondaire Supérieur (CESS) et le Certificat de Qualification sont remis et permettent d’exercer officiellement la fonction.

D’autres formations peuvent permettre d’accéder à ce métier de puériculteur. La formation “Accueillant d’enfant” à l’EFP / IFAPME et la formation d’auxiliaire de l’enfance en promotion sociale permettent ensuite de postuler dans les structures d’accueil où travaillent les puériculteurs, crèches incluses.

Pour ouvrir sa propre crèche, il faut être en possession d’un bachelier (au minimum). Les bacheliers suivants – psychologie, assistant social et soins infirmiers – peuvent être poursuivis par un Master, au choix : sciences psychologiques et/ou de l’éducation, ingénierie et action sociale, sciences de la santé publique. Toutes les conditions spécifiques et procédures à respecter pour ouvrir sa propre crèche sont relayées par l’ONE sur son site internet.

Quel salaire peut-on espérer ?

Le salaire dépend en grande partie de la structure d’accueil dans laquelle travaille le puériculteur. Il est d’environ 1900 euros bruts mensuels en début de carrière. Un puériculteur libéral ou cadre a néanmoins des opportunités plus importantes en termes de salaire.

Sources

Siep

SASPE



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus