Quelle retraite pour la profession d'aide familiale ?

Quelle retraite pour la profession d'aide familiale ?

Tous les types de métiers sont concernés par la retraite, tant dans le secteur privé que dans le secteur public. Qu’en est-il plus précisément pour la profession d’aide familiale ? Comment le régime de la pension de retraite est-il mis en place au sein de ce métier, et sur base de quels éléments ?

La pension de retraite n’est pas présente en permanence dans nos conversations ou nos préoccupations. Il est cependant fréquent d’en entendre parler, ou de se poser la question, en cours de carrière ou à l’approche de cet événement qui, dans certains cas, marque la fin d’une carrière parfois très longue.

A quel montant de retraite peut prétendre la profession d’aide familiale ?

Le montant de la pension de retraite relative aux praticiens du métier d’aide familiale varie en fonction de différents éléments tels que :

  • le statut professionnel : que ce soit en tant que salarié, fonctionnaire ou indépendant ;
  • les revenus professionnels : plus ils sont ou ont été élevés, plus le montant de la pension de retraite sera élevé ;
  • ainsi que la carrière : en Belgique, une carrière complète nécessite 45 ans d’exercice.

1. En tant que personne salariée

La pension de retraite d’un praticien du métier d’aide familiale varie en fonction des différents éléments cités ci-dessus. Néanmoins, il existe un montant minimum de base et un maximum légal concernant la pension garantie à une personne qui a été salariée au cours de sa carrière.

Depuis le 1e janvier 2023, le montant mensuel maximal de la pension minimum garantie, pour une carrière complète (soit 45 ans), s’élève à :

  • 1.637,00 € par mois pour le bénéficiaire d’une pension isolée ;
  • 2.045,60 € par mois pour le bénéficiaire d’une pension ménage.

Pour un pensionné marié avec une fonction à temps plein par exemple, le montant minimum de base garanti s’élève à un montant de 899,89 € brut par mois.

2. En tant que personne sous statut indépendant

Les aides familiales qui exercent sous statut indépendant perçoivent une pension minimum de retraite annuelle qui varie en fonction de la situation familiale.
En date du 1er décembre 2022, le montant annuel pour une pension minimum de retraite ménage est de 23.913,53 €.

Pour une pension minimum de retraite isolé, le montant est de 19.136,86 €.
Le montant pour la pension minimum de survie et pour l’allocation minimum de transition s’élève à 18.881,12 €.

A ces montants-ci, des avantages sont octroyés :

 une allocation spéciale, payée annuellement en juillet, qui varie également en fonction de la situation familiale. Celle-ci s’éleve à :

  • 154,70 € pour le bénéficiaire d’une pension de ménage ;
  • 123,77 € pour le bénéficiaire d’une pension isolée ;
  • 123,79 € pour le bénéficiaire d’une pension de survie ou d’une pension de conjoint divorcé.

 de plus, un supplément de pension payé annuellement en juillet est accordé, et s’élève à 195,46 €. Ce montant est accordé sans tenir compte de la situation familiale.

 une prime de bien-être payée annuellement en mai est accordée, et qui varie également en fonction de la situation familiale. Celle-ci s’élève à :

  • 66,89€ pour le bénéficiaire d’une pension de ménage ;
  • 55,49€ pour le bénéficiaire d’une pension isolée ;
  • 53,49€ pour le bénéficiaire d’une pension de survie ou d’une pension de conjoint divorcé.

3. Ce montant varie-t-il en fonction des spécialités ?

De manière générale, la pension d’un travailleur se calcule sur base des salaires au cours de sa carrière. Pour l’indépendant, elle sera calculée sur base des cotisations sociales payées trimestriellement tout au long de sa carrière.

Par conséquent, une spécialisation entrainant un revenu professionnel plus élevé ou des taux de facturation plus élevé influencera le montant de la pension.

A quel âge les personnes ayant pratiqué le métier d’aide familiale peuvent-ils prendre leur retraite et dans quelles circonstances ?

L’âge légal de la pension est actuellement fixé à 65 ans. Il sera fixé à 66 ans dès 2025 et 67 ans dès 2030.

Cependant, les praticiens du métier d’aide familiale arrêtent généralement d’exercer leur métier plus tôt et demande de pouvoir bénéficier d’une pension anticipée. En effet, la carrière de ceux-ci prend généralement fin entre 58 et 60 ans. Le fait de bénéficier d’une carrière anticipée entraîne cependant une réduction du montant effectif de la pension de retraite.

Le métier d’aide familiale peut s’avérer être un métier lourd tant physiquement qu’émotionnellement. L’arrêt anticipé de la carrière est, par conséquent, fréquent.

Quels sont les aménagements de fin de carrière possible ?

En fin de carrière, différents aménagements sont possibles dans le secteur de l’aide familiale.

Parmi ces aménagements, se trouve principalement le crédit-temps « fin de carrière ».

En Région wallonne et Région de Bruxelles-Capitale, les praticiens peuvent demander un revenu de remplacement mensuel octroyé par l’ONEM pour autant qu’ils répondent aux conditions d’accès suivantes :

  • avoir au moins 55 ans ;
  • être en ¾ temps ou mi-temps.

Comment préparer sa retraite ? A quoi faut-il penser ?

Il est clair que lorsqu’on démarre sa carrière, la retraite est la dernière chose à laquelle nous pensons, car semble tellement loin. La meilleure façon de préparer sa retraite reste cependant d’y penser en début de carrière.

Plusieurs points sont à anticiper afin de préparer sa fin de carrière au mieux.

1. Quels seront les besoins financiers au moment de la retraite ?

Avant la pension, il est important de faire le point concernant ses besoins au moment de la retraite, et notamment, les besoins économiques.

Déterminer ce dont on aurait besoin afin de mener une retraite paisible est fondamental et permet d’anticiper d’éventuels coûts qu’il faudrait couvrir, mais que le montant effectivement payé à titre de pension de retraite ne permettra pas ou plus.

2. Quelles seront les flux financiers durant la retraite ?

Les dépenses et les rentrées d’argent sont identiques à ceux qui existent au cours de la vie active.

Certaines dépenses seront en principe moins élevées (par exemple, les déplacements ou le logement pour les propriétaires de leur immeuble dont le prêt est totalement remboursé). Certaines, par contre, seront plus élevées, comme les divertissements, les loisirs et les activités diverses.

3. Quels sont les projets après retraite ?

Préparer sa retraite passe également par les projets jamais réalisés par manque de temps durant la vie active.

D’une part, il y a des personnes qui travaillent, durant la vie active, en ayant pour but de prendre leur retraite à l’étranger et sous le soleil tel que l’Espagne par exemple. Prendre sa retraite dans un autre pays nécessite d’être pensé et préparé à l’avance.

Et d’autre part, nous retrouvons des personnes qui ont le temps de concrétiser un projet, une invention dans le but de le commercialiser et d’en faire du profit.
Concrétiser un projet durant sa retraite doit également être préparé à l’avance car il faut déterminer les dépenses nécessaires pour son aboutissement.

Faut-il constituer un complément de ressources pendant la vie active ?

Aujourd’hui beaucoup de travailleurs ont conscience que leur retraite risquerait de ne pas leur permettre de vivre confortablement. C’est la raison pour laquelle ils se constituent un complément de ressources durant la vie active.

Le moyen le plus courant est l’épargne-pension. Le principe consiste en une constitution d’une pension complémentaire personnelle mise en œuvre par le versement annuel d’un certain montant auprès d’une banque ou d’une compagnie d’assurance.

Conclusion

En conclusion, le régime de pension pour les praticiens du métier d’aide familiale varie en fonction de quelques critères tels que le statut sous lequel ces travailleurs exercent, la carrière professionnelle et encore leur santé et forme physique lorsqu’ils prennent de l’âge.

Dans la mesure où la pratique de ce métier entraine des conséquences physiques et psychologiques, certaines régions ont mis en place des mesures permettant d’alléger leur carrière professionnelle.

De plus, dans la mesure où les années de carrières professionnelles ne cessent d’augmenter et que les mesures relatives à la pension deviennent de plus en plus incertaines, les travailleurs prennent en main plusieurs mesures afin de se garantir une retraite paisible. Notamment avec la constitution d’une pension complémentaire qui, bien qu’elle ne soit pas obligatoire, reste fortement conseillée.

Et pour aller plus loin :

[Regardez]

[Ecoutez]
 Le podcast de Johanna, aide familiale

[Découvrez les fiches métiers dédiées à la profession d’aide familial.e] :
 Découvrir le métier d’aide familial.e, un métier-clé pour les familles
 Comment devenir aide familiale en Belgique ? Focus sur les formations
 Quel est le salaire d’une aide familiale en Belgique ?
 Aide familial en Wallonie : la majorité des postes à temps partiel

[Découvrez les témoignages] :
 Grégory, aide familial : "On nous confond souvent avec les aide-ménagères"

[Découvrez les autres professions du secteur psycho-médico-social] :
 Les témoignages
 Les fiches métiers



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus