La création du réseau… un travail en soi

La création du réseau... un travail en soi

Démarrer une activité de thérapeute, que ce soit en libéral ou au sein d’une équipe, passe par la case ‘développer son réseau professionnel’. Il s’agit d’un exercice laborieux car il nécessite du temps et de l’énergie. Cette démarche est néanmoins essentielle pour des raisons bien distinctes : d’une part, se faire connaître, mais également référer au mieux nos patients à d’autres professionnels, si nécessaire.

Combien de fois n’entendons-nous pas « Quel psychiatre ou pédopsychiatre me conseillerais-tu pour ce patient ? N’as-tu pas une idée d’un lieu de soins pour un autre ». Ce type de questions font partie de notre quotidien. Connaître le réseau prend alors tout son sens et nous est fort utile. Apprendre à connaître les institutions et les professionnels qui forment le maillage thérapeutique constitue donc une des facettes de notre profession.

Réunions d’intervenants

Lors du travail en institution, il est très fréquent d’organiser ou de participer à des réunions où des intervenants d’horizons distincts sont conviés. Ces temps d’échanges, au-delà d’organiser une prise en charge thérapeutique au plus près des besoins de nos patients, permettent également de mieux connaître les autres professionnels de notre secteur.

Rencontres entre institutions

Ces moments où les institutions se rencontrent pour parler de leurs pratiques respectives sont précieux. Malheureusement, elles passent bien souvent au second plan. La clinique mobilise bien souvent la plus grande partie de nos énergies. La participation à l’une ou l’autre plateforme (de la santé mentale, de la petite enfance, de la maltraitance…) constitue alors une autre alternative. Elle permet de rester informé des pratiques spécifiques ou de nouveaux projets d’autres équipes.

Développer des collaborations thérapeutiques

Développer des collaborations privilégiées avec certaines institutions ou des thérapeutes constitue également une manière de développer son réseau. Certains thérapeutes spécialisés dans l’un ou l’autre secteur sont ainsi parfois sollicités de manière assidue pour recevoir l’un ou l’autre type de patients.

Appartenir à une école de formation

Suite à une participation à une formation complémentaire, bon nombre d’entre nous demeurent dans une certaine filiation par rapport à leur école de formation, leur courant de pensée. Bien souvent, ces écoles organisent des séminaires, des conférences. Y participer permet de rester en lien avec ses formateurs et ses co-disciples.

Recourir à une certaine visibilité sur internet

Actuellement, nous voyons de plus en plus se développer des plateformes internet, sorte de bottin de thérapeutes. Moyennant un petite participation financière, il est possible d’être répertorié sur ces sites. Vouloir y figurer dépend alors de la volonté de chacun.

Participer à des séminaires, des formations, des colloques et des conférences

Le réseau se crée avant tout dans l’échange. Participer à des conférences, des séminaires, des formations en tant qu’auditeur ou en tant qu’orateur permet de rester en lien avec le réseau. Présenter son travail ou les recherches d’une équipe offre également une certaine visibilité de la pratique de ses membres.

Le temps reste le meilleur allié

Par-dessus tout, je dirais que la patience est la mère de toutes les vertus. Dans cette démarche de création d’un réseau, le temps reste notre meilleur allié. C’est au travers des rencontres, des échanges, des collaborations qui s’étalent dans le temps que le réseau se crée et se déploie.

V.B, psychologue clinicienne

[A lire]

- Je voulais devenir famille d’accueil, mais n’ai pu être que psychologue
- Formateur ou gourou ?
- La co-intervention dans le travail thérapeutique
- Miroir sans tain et filmer les entretiens, des outils pour qui ?
- Recherche ou clinique… il faut trop souvent choisir !
- Hôpital pédopsychiatrique : durée de séjour maximum 3 ans !
- Quand le psy et le judiciaire se rencontrent, quels enjeux autour d’une expertise ?
- Quand une équipe psychosociale se lance dans l’organisation d’un colloque… Défi ou folie !
- Le travail thérapeutique avec un interprète, un véritable défi
- Trisomie 21, vers quel enseignement s’orienter ?
- Psychologue et éducateur... Deux visions d’une même réalité ?
- Institution d’Aide à la jeunesse... 18 ans et après ?
- Le remboursement des soins de logopédie, réservé à l’élite intellectuelle ?
- Un an après… Du sentiment d’inutilité à la réflexion
- Ouverture d’une antenne de l’équipe SOS enfants-ULB
- MGF : lancement de la plate-forme européenne UEFGM



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus