Démissionner, entre joie et tristesse

Démissionner, entre joie et tristesse

Quitter un emploi n’est pas une démarche aisée. Dans le secteur psychosocial, ce sont nos collègues, notre employeur, mais aussi nos patients que nous quittons. Bien souvent, des sentiments mélangés habitent le travailleur qui prend cette décision. Dans ce moment, fort sollicitant, il s’agit néanmoins de pouvoir rester disponible et de clôturer au mieux les situations dans lesquelles nous intervenons.

Après 15 ans de carrière dans un service de prévention et de protection de l’enfant en danger, j’ai décidé de donner ma démission. La joie, la peur, l’envie, la tristesse constituent les 4 points cardinaux de ma boussole interne. Autant vous dire qu’il n’est pas toujours facile de garder le cap ! Néanmoins dans ce moment de turbulences, il va falloir être vigilante à différents éléments et veiller à terminer au mieux l’ensemble des tâches, projets, thérapies dans lesquelles je suis engagée.

L’importance de respecter son ressenti

Sentir que l’énergie, l’envie des débuts ne sont plus aussi intenses constitue un bon signal d’alarme. Observer que jeune et fringuant(e) dans une fonction, nous nous adaptions aisément aux changements, mais qu’après quelques tours de manèges, des résistances s’installent peu à peu. Ce n’est pas nécessairement une attitude hostile ou rigide qui nous habite, mais plutôt une nostalgie d’un temps révolu. Il est alors peut-être temps d’aller porter son expérience ailleurs, d’être à nouveau le/la dernier/ère arrivé(e) dans une équipe, de se reconnecter à cette joie et à cette envie de découvrir de nouveaux horizons.

La lettre de démission

L’envie d’éclairer l’employeur sur les motifs de son départ est souvent présente et il s’agit de respecter ce besoin. Néanmoins, la lettre de démission se doit d’être la plus sobre possible, y sera signalé le début et la fin de la période de préavis. Transmettre les raisons de cette décision se fera souvent dans un échange verbal avec le coordinateur. Pour clôturer au mieux les années passées dans un lieu, il me semble important de pouvoir expliquer son ressenti, d’énoncer les expériences positives et négatives vécues dans cette équipe et ce afin que notre expérience puisse servir à ceux qui continuent à travailler dans ce lieu.

La période de préavis

Actuellement, la période de préavis est proportionnelle à l’ancienneté. Plus vous êtes depuis longtemps dans une fonction, plus votre préavis sera long. Néanmoins, la période légale de préavis n’excèdera jamais 13 semaines et bien souvent des accords existent entre l’employeur et l’employée pour réduire ce temps. Néanmoins, soyez vigilant(e) car 13 semaines cela passe vite et quitter un emploi sans avoir le sentiment d’être allé(e) au bout des choses peut laisser un goût amer.

Annoncer sa démission

Quitter un emploi, c’est aussi annoncer son départ, faire face aux réactions de la direction, des collègues et des patients. Si les émotions dans le chef de celui qui part sont vives, celles de ses interlocuteurs ne le sont pas moins. Il va falloir gérer une certaine tristesse, agressivité, déception, sentiment d’abandon… Mais en parallèle, il y a aussi la joie exprimée par certains collègues, heureux de nous voir nous envoler vers d’autres cieux. Et puis partir, ce n’est pas couper le lien, c’est mettre plus de distance. 15 années de travail, c’est un réel enrichissement professionnel, c’est une expérience qui ne s’oublie pas. Comme je le travaille souvent avec mes petits patients, se dire au revoir ne veut pas dire que l’on n’existe plus l’un pour l’autre. Le départ s’accompagne d’un trésor enfoui en chacun de nous. Une richesse que personne ne peut nous enlever, celle d’avoir partagé des expériences positives ensemble.

Orienter au mieux les patients

Arrêter une thérapie entamée avec un patient, sans volonté de sa part, n’est pas aisé. Certes, en s’adressant à un centre, le patient sait que le risque d’arrêt n’est pas nul. Le turn-over, les départs et arrivées du personnel sont bien plus fréquents que dans une consultation en privé. Il n’en est pas moins difficile pour le clinicien de devoir annoncer son départ. Face à cette décision, il s’agira de réflechir ensemble aux options possibles : suivre le thérapeute vers le nouvel endroit où il va aller travailler (dans les cas où cette option est possible), changer de thérapeute, arrêter la thérapie…

V.B, psychologue clinicienne

[Du même auteur]

- Logopédie à partir de 2 ans...plus qu’une option
- Le psy pour enfant, moins cher que le psy pour adulte !
- Indépendant complémentaire... Une nouvelle aventure
- Petits bébés, grands oubliés, toujours d’actualité ?
- Doit-on tout supporter ?
- Le testing, à quelles fins ?
- Être bénévole, une vocation ?
- Que fait-on des productions des enfants en thérapie ?
- ACS, préavis en 7 jours... violences aux patients et aux collègues !
- Bru Stars, nouveau-né suite à la réforme des soins de santé
- Je voulais devenir famille d’accueil, mais n’ai pu être que psychologue
- Formateur ou gourou ?
- La co-intervention dans le travail thérapeutique
- Miroir sans tain et filmer les entretiens, des outils pour qui ?
- Recherche ou clinique… il faut trop souvent choisir !
- Quand les bouffées d’oxygène disparaissent
- Hôpital pédopsychiatrique : durée de séjour maximum 3 ans !
- Parent’aise, un nouveau lieu d’accueil dans les Marolles
- S’expatrier en tant que psychologue, une aventure...
- Quand le psy et le judiciaire se rencontrent, quels enjeux autour d’une expertise ?
- Quand une équipe psychosociale se lance dans l’organisation d’un colloque… Défi ou folie !
- Le travail thérapeutique avec un interprète, un véritable défi
- Trisomie 21, vers quel enseignement s’orienter ?
- Psychologue et éducateur... Deux visions d’une même réalité ?
- Institution d’Aide à la jeunesse... 18 ans et après ?
- Le remboursement des soins de logopédie, réservé à l’élite intellectuelle ?
- Un an après… Du sentiment d’inutilité à la réflexion
- Ouverture d’une antenne de l’équipe SOS enfants-ULB
- MGF : lancement de la plate-forme européenne UEFGM



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus