Samusocial : du travail bénévole pour les administrateurs

Samusocial : du travail bénévole pour les administrateurs

Le nouveau conseil d’administration du Samusocial est en place depuis une semaine environ. Composé non plus d’élus politiques, mais de personnalités issues du monde associatif, les 5 professionnels ont présenté en conférence de presse leurs priorités.

La saga du Samusocial semble doucement toucher à sa fin. Suite à la démission de Pascale Peraïta et Yvan Mayeur après les révélations concernant les rémunérations dont ils bénéficiaient pour un travail non fourni, un nouveau CA a été mis en place la semaine dernière. Exit les élus politiques, le CA est composé de professionnels de terrain. Ces derniers ont fait part de leurs priorités en conférence de presse cette semaine. Aussi, ils travailleront bénévolement (dans un premier temps), afin d’assainir les finances de la structure, en mauvais posture depuis le « scandale ».

Plus de jetons de présence

Les administrateurs ont précisé que, dans un premier temps, ceux-ci travailleront bénévolement afin d’assainir les finances de l’asbl, qui deviendra également un organe public. Plus de jeton de présence donc et des réunions bi-mensuelles sous la houlette de deux commissaires du gouvernement, venant des cabinets des ministres en charge, Céline Frémault et Pascal Smet. « Le conseil d’administration accompagnera ensuite, en étroite collaboration avec la Commission communautaire commune de la Région de Bruxelles-Capitale, la transition du Samusocial vers un organisme public » explique Christophe Happe à Bx1.

Le Plan Hiver, priorité absolue

Lors de la conférence de presse, les administrateurs ont expliqué que leur priorité première était la mise en place du Plan Hiver 2017, prévu pour novembre. « Il débutera comme prévu à la mi-novembre, explique l’administrateur Stéphane Heymans (Médecins du Monde) au Soir. Le Samusocial est mandaté par la Région bruxelloise pour ouvrir 600 places supplémentaires. Elles s’ajouteront aux 388 places ouvertes toute l’année dans ses centres. »

Tourner définitivement la page

Parmi les autres priorités du CA, la nomination d’un nouveau président et la gestion de l’ancienne directrice, Pascale Peraïta. Le CA a par ailleurs confirmé que l’avocat de P. Peraïta n’était pas en négociations en vue de préparer son retour ou pour un paiement d’indemnités, comme cela avait été relayé dans les medias. Il est cependant possible que la situation devienne plus « judiciaire », au vu de la complexité du dossier. « Le conseil d’administration entreprendra également les préparatifs nécessaires afin de procéder, à court terme, à une modification des statuts visant, notamment, à la mise en place de nouvelles règles de gouvernance », confie Christophe Happe à Bx1.

Il y a bien eu des doubles subventions

En ce qui concerne les finances de l’asbl, le rapport de l’inspection des Finances fait effectivement état de doubles subventionnements. La structure aurait ainsi touché des subsides de la part de la Cocom, mais également du SPF Intégration sociale et de Fédasil. Il n’y a cependant eu « aucune intention frauduleuse de la part du Samusocial », comme le précise Le Soir. Le rapport précise plutôt qu’il s’agit « d’erreurs dues à la complexité de la justification des dépenses de personnel ». L’inspection des finances suggère dès lors à la Cocom de récupérer ces montants. Cependant, le rapport note un manque de contrôle dans le chef de la Cocom, ainsi qu’en interne. Aspect à améliorer. De même que celui sur la loi des marchés publics, que les finances suggèrent d’appliquer au plus vite.

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.