Un second refinancement pour l’Aide à la Jeunesse

Un second refinancement pour l'Aide à la Jeunesse

Le secteur de l’Aide à la jeunesse va pouvoir investir : suite au budget que la fédération Wallonie-Bruxelles a bouclé pour l’exercice 2018, un nouveau refinancement, à hauteur de 11,5 millions d’euros, a été obtenu par le ministre en charge, Rachid Madrane. L’objectif : un meilleur soutien aux familles d’accueil, la création de places d’hébergement, de meilleures prises en charge et un renforcement au niveau du personnel des organismes publics.

Si le secteur de l’Aide à la jeunesse attend toujours un retour sur le futur Décret Code qui devrait arriver d’ici peu, il va néanmoins pouvoir renforcer certains de ces services. En effet, le ministre en charge, Rachid Madrane, a obtenu un financement pour le secteur, à hauteur de 11,5 millions d’euros. Après un premier refinancement en novembre 2016, qui a permis la création de places supplémentaires, entre autres, ce second montant ajoutera aux nouveautés déjà en place.

Un montant réparti

Sur ces 11,5 millions d’euros, 8,2 millions seront consacrés au secteur subventionné, notamment, pour la création de places d’hébergement, le renforcement de prises en charge dans le milieu de vie et le soutien aux familles d’accueil et 3,3 millions seront consacrés au secteur public pour le renforcement de personnel dans les différents services publics (SAJ, SPJ, IPPJ…). Le ministre Madrane se réjouit de ce second refinancement qui permettra de répondre à plusieurs urgences du secteur de l’Aide à la jeunesse. « Malgré une situation budgétaire compliquée, la FWB a fait le choix de répondre aux besoins essentiels. »

Un premier financement

En novembre 2016, Rachid Madrane avait déjà obtenu un premier financement, de 11,3 millions. La ministre en charge de la Petite Enfance, Alda Greoli, avait également débloqué un budget pour ses compétences, en créant aussi des places supplémentaires, ainsi que le financement de SASPE, à 100% de leurs besoins. Comme le précise le Cabinet de Rachid Madrane, « le montant de 11,3 millions était bien entièrement dévolu à l’Aide à la Jeunesse. Une partie a été consacrée à apporter une solution à la problématique des « bébés parqués », ces enfants qui relèvent de l’Aide à la Jeunesse mais qui sont placés à l’hôpital faute de places dans des structures adaptées. Alda Greoli avait décroché elle aussi des moyens supplémentaires pour répondre à ce problème particulier, qui la concernait en tant que Ministre de la Petite Enfance. Ce qui a permis aux deux ministres d’apporter chacun des moyens pour travailler en commun à dégager des solutions. »

Ce premier refinancement a dès lors permis de créer de nouvelles places, de renforcer les prises en charge dans le milieu de vie ainsi que le soutien aux familles d’accueil d’urgence, d’améliorer la prévention dans les quartiers et de renforcer le personnel des services publics. Objectifs que ce second refinancement optimisera.

[A lire]

- Vers une répartition plus juste des places dans l’Aide à la jeunesse



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.