1 professionnel de la santé sur 5 songe à quitter son emploi

1 professionnel de la santé sur 5 songe à quitter son emploi

Dans le secteur de la santé, 22% du personnel envisage de changer de métier, ressort-il de l’étude menée par Sciensano et KULeuven auprès de 3 100 travailleurs du secteur des soins et d’aide.

Sciensano et KULeuven ont conduit l’enquête “Power to care” réalisée entre le 8 et 15 décembre 2020 auprès d’environ 3 100 professionnels des soins et d’aide. L’objectif : examiner l’impact des deux vagues épidémiques sur le bien-être physique et psychologique de ces personnes. D’après les résultats, le personnel a ressenti plus souvent qu’avant la crise des symptômes liées à une pression plus importante due à la pandémie.

- [A lire] : Première vague : 30 à 50% des soignants en “souffrance psychologique”

Effets de la crise au niveau personnel, professionnel et physique

Selon l’étude, des symptômes liés à un stress chronique sont apparus plus souvent qu’avant la crise. Sur le plan personnel, les répondants se sentent fatigués (56% contre 38% en temps normal) et sous pression (51% contre 34%). Ils ont aussi des troubles de la concentration (26% contre 15%) ainsi qu’un manque de sommeil (40% contre 25%).

Au niveau professionnel, 22% des travailleurs pensent à quitter leur emploi contre 10% avant la crise sanitaire, indique l’enquête. Plusieurs facteurs mèneraient à cette réflexion : le sentiment d’isolement au travail, l’incertitude au sein de l’équipe ainsi que les changements constants dans l’organisation des tâches.

Des réactions physiques se sont aussi manifestées depuis la crise sanitaire. Les travailleurs ont ressenti des douleurs musculaires et articulaires (38 % contre 21 % en temps normal), des maux de tête (30 % contre 12 %) et des problèmes d’estomac (21 % contre 11 %).

Un besoin de soutien urgent

D’après l’enquête, le sentiment d’être soutenu ou non joue un rôle dans la lourdeur des symptômes. La nécessité d’un accompagnement se fait ressentir au sein du personnel. Environ 60% des répondants ont évoqué leurs ressentis avec leurs collègues, leurs amis ou familles et ont apprécié la discussion. Plus de 50% des personnes pensent avoir besoin d’une aide de leur chef tandis que presque 40% d’entre eux d’un appui d’un spécialiste.

Les professionnels de soin et d’aide peuvent trouver des ressources sur Trouver du Soutien (Wallonie), LBSM(Bruxelles), et DeZorgSamen (Flandre).

Son projet pilote contre le burn-out élargi au secteur des soins, Fedris propose désormais un accompagnement adapté au personnel de la santé qui montre des signes d’épuisement extrême. Pour plus d’informations, cliquez ici.

- [A lire] : "Première vague" : les soignants racontent leur vécu



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus