De 985€ brut à 370€ net, la prime Covid déçoit les soignants

De 985€ brut à 370€ net, la prime Covid déçoit les soignants

De la prime d’encouragement de 985€ brut annoncée pour le secteur de la santé, il n’en reste qu’un montant net d’environ 370 €. Le personnel soignant voit cela comme une humiliation.

Le mois de décembre touche à sa fin et comme cela a été annoncé par les gouvernements fédéral et régionaux, les primes d’encouragement pour les soignants sont arrivées. Or, après la déduction sur l’impôt, les 985€ brut promis se sont réduits à quelques 370 € net. Aux yeux de ces travailleurs, cette somme représente une compensation dérisoire par rapport à tous leurs efforts accomplis dans la lutte contre la pandémie.

- [A lire] : Prime d’encouragement : les maisons médicales et le secteur du domicile discriminés

De faux espoirs

Rosaria Terranova, infirmière en chef adjointe en bloc opératoire au CHU Ambroise Paré, n’était pas emballée par cette prime car elle était au courant pour la taxation élevée : “On ne voulait pas de cette prime car on savait bien qu’elle allait être fortement taxée, même si s’apercevoir qu’on est taxés à 62%, ça révolte beaucoup de mes collègues”, déclare-t-elle au média 7sur7.

Quant à Ida, aide familiale, elle aurait préféré que le gouvernement fasse preuve de plus clarté dans leurs promesses plutôt que de donner de faux espoirs. "C’est mieux que rien. D’ailleurs, nous n’avions rien demandé”, affirme-t-elle dans la RTBF. “Mais voir le montant ainsi raboté, c’est comme si notre valeur personnelle avait suivi la même réduction."

Certains travailleurs auraient donc aimé que l’Etat communique directement le montant net. Cependant, comme le souligne à la RTBF le Dr Marc Bourgeois, spécialiste en droit fiscal à l’ULiège, il est difficile de fournir le net car le taux d’imposition diffère selon la situation familiale de l’employé.

Surtaxation : explication

Toutefois, rien n’est encore joué. Le personnel de la santé pourrait recevoir plus que ce qui est noté sur leur fiche de paie de décembre. “Souvent les primes exceptionnelles sont précomptées au taux le plus élevé qui ne tient pas compte de la situation familiale du contribuable”, déclare à 7sur7 Nicolas Tancredi, spécialiste en rémunérations chez Younity. Cet argent “perdu” est ensuite redistribué. En effet, la somme est rééquilibrée lors du calcul de l’impôt annuel et une partie du précompte est rendue, indique Marc Bourgeois.

Le nœud du problème

Le montant net de la prime ne semble toutefois pas être l’objet même de la colère du personnel soignant. Ce serait plutôt le motif qui a poussé l’Etat à offrir cette aide qui révolte le secteur. “Ce n’est finalement pas l’argent, le problème, mais plutôt le fait qu’on a essayé de nous berner avec cette prime d’encouragement alors que ce qu’on voulait, c’est que notre métier soit revalorisé et que les conditions de travail soient meilleures”, s’indigne sur 7sur7 Rosaria Terranova avant d’ajouter : “Les infirmières sont choquées de voir que tout ce qu’elles ont fait vaut 370 euros aux yeux du gouvernement.”

- [A lire] : Absence de prime pour les équipes en MR(S) : un mauvais signal



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus