Prime d’encouragement : les maisons médicales et le secteur du domicile discriminés

Prime d'encouragement: les maisons médicales et le secteur du domicile discriminés

Les soignants des maisons médicales et des soins à domicile sont exclus de la prime d’encouragement octroyée par le gouvernement. Les associations médicales et les syndicats s’indignent de cette injustice.

Samedi dernier, Frank Vandenbroucke, le ministre de la Santé, a annoncé que le gouvernement fédéral allait accorder une prime d’encouragement de 985€ aux acteurs de la santé. Elle ne concerne cependant que le personnel hospitalier. Les fédérations de soignants et les syndicats dénoncent la discrimination envers les travailleurs des autres secteurs de la santé.

- [A lire] : Soins à domicile : “C’est un peu la catastrophe”

“Une intolérable discrimination”

“La Fédération des maisons médicales et le Groupement belge des omnipraticiens dénoncent avec vigueur que la prime d’encouragement ne soit pas généralisée à tous les secteurs de santé fédéraux, et donc également aux soins à domicile et aux maisons médicales”, expliquent les associations dans un communiqué de presse.

Ce n’est pas la première fois que les maisons médicales sont exclues des mesures concernant le secteur de la santé. En effet, en juin dernier, elles ont été négligées dans l’accord du fonds blouses blanches qui servait à revaloriser la profession d’infirmiers en milieu hospitalier et à domicile. Aujourd’hui, elles sont à nouveau mises à l’écart. C’est pourquoi les deux organisations exigent “qu’il soit mis fin dès que possible à cette intolérable discrimination.”

Les soignants à domicile en première ligne épuisés

La Fédération de l’Aide et des Soins à Domicile (FASD) et la Centrale Nationale des Employés (CNE) ont tenu à rappeler aux autorités politiques le rôle indispensable de l’aide à domicile dans le système des soins de santé. Ils soulignent avec force que les soignants à domicile participent activement à la lutte contre le coronavirus et qu’ils méritent aussi le soutien de l’Etat pour leurs efforts titanesques. Le secteur s’est notamment adapté pour assurer des sorties avancées de patients provenant des hôpitaux.

Le personnel des soins à domicile travaille aujourd’hui dans des conditions critiques. L’exigence des mesures sanitaires entraîne une prise en charge lourde et complexe tandis que la crainte de la contamination est omniprésente. Le stress et la fatigue physique et psychologique causés par la première vague ont eu raison de nombreux soignants.

Dans leur communiqué de presse, la FASD et la CNE insistent : “C’est aussi grâce à l’ensemble des professionnels du domicile que le pays tient debout !”

- [A lire] : L’accord social signé : 600 millions pour revaloriser le secteur de la santé



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus