Jeunesse : un centre de détention à Bruxelles

30/01/02

Un accord est intervenu lundi soir entre les Communautés et le gouvernement fédéral en matière de prise en charge des mineurs délinquants dangereux. Afin de répondre à la surpopulation des IPPJ, un centre de détention provisoire pour mineurs délinquants graves sera prochainement ouvert dans la région bruxelloise, aux frais du fédéral.

Le centre offrirait dès fin février 10 places en régime fermé, et devrait à court terme accueillir 50 mineurs dangereux. Il ne poura servir que pour des placements provisoires, et ne remplacera donc pas les IPPJ actuelles.

La Communauté française ne dispose actuellement que de 50 places fermées pour les délinquants mineurs graves, ce qui est souvent insuffisant.

En outre, un groupe de travail sera chargé de trouver une solution pour certains types de patients mineurs qui n’ont pas leur place dans les centres fermés (toxicomanes, mineurs relevant de la psychiatrie, victime de la traite des êtres humains).

Enfin, une task force , sous la présidence du Premier ministre, sera créée afin de moderniser la loi de 1965 sur la protection de la jeunesse. Elle rassemblera les ministres fédéraux de la Justice M. Verwilghen, des Affaires Sociales F. Vandenbroucke, de la Santé Publique M. Alvoet, et les deux ministres communautaires en charge de l’Aide à la Jeunesse, Nicole Maréchal et Mieke Vogels.

Dernière minute :
Le Soir de ce jour signale que le centre se situera non à Bruxelles, mais à Everberg, près de Louvain (Leuven). Dans une ancienne caserne occupée jusqu’en 1994 par l’état-major de la brigade para-commando.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus