L’accord social signé : 600 millions pour revaloriser le secteur de la santé

L'accord social signé : 600 millions pour revaloriser le secteur de la santé

Un accord social sur une enveloppe de 600 millions d’euros pour les blouses blanches a été signé ce jeudi. Ce montant servira à revaloriser le secteur de la santé.

Le gouvernement fédéral et les partenaires sociaux du secteur des soins de santé privés et publics fédéraux ont conclu ce jeudi matin un accord social. Cet acte, qui finalise le pré-accord négocié depuis le mois de juillet, marque un tournant historique. Sur un budget de 600 millions d’euros, 500 millions seront consacrés à la revalorisation salariale du personnel soignant et 100 millions à l’amélioration des conditions de travail.

- [A lire] : Soins à domicile et hôpitaux : soutien financier aux travailleurs

Rendre le métier plus attractif

L’accord vise dans un premier temps à augmenter les salaires, à rééquilibrer les salaires dans les secteurs privés et publics et à améliorer le modèle salarial. Ensuite, le gouvernement compte élaborer des accords sur les semaines de congés consécutives et établir plus de formations ainsi que des contrats et des horaires plus stables. Enfin, la prévention contre le burn-out est mise en avant.

Le but de cet accord est de rendre les professions plus attractives. Comme l’explique le vice-Premier ministre et ministre de l’Économie et du Travail, Pierre-Yves Dermagne, dans le journal l’Avenir, la revalorisation salariale est “un pas en avant vers une meilleure attractivité du secteur. Car il est vrai que l’intensité du travail presté, les horaires instables et les temps de récupération souvent trop courts représentent un frein à l’attractivité dans le secteur des soins.”

Victoire syndicale

Lorsque le pré-accord avait été conclu en juillet, les syndicats se disaient satisfaits des mesures. "C’est un moment historique car il y a des années que le secteur réclamait des moyens structurants, offrant des perspectives d’avenir", avait déclaré la CGSLB dans la RTBF. Quant à la CNE, le syndicat était heureux de "disposer d’un budget permettant de finaliser la réforme salariale mise en chantier depuis 20 ans et entamée en 2017." Même cri de joie du côté du SETCa : “Du jamais vu. On prend le chemin d’un financement structurel, pérenne pour le secteur. C’est un très bon signal pour les travailleurs”, avait insisté Nathalie Lionnet, secrétaire du SETCa dans le Moustique.

- [A lire] : Union4U : nouveau syndicat bruxellois pour le personnel soignant



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus