La CNE dénonce le cadre budgétaire dédié à la revalorisation du non marchand

La CNE dénonce le cadre budgétaire dédié à la revalorisation du non marchand

Les négociations toujours en cours sur la revalorisation du non-marchand bruxellois ne sont pas concluantes. La CNE, qui s’est réunie le 21 janvier avec le cabinet du Ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale, dénonce dans un communiqué de presse le manque de considération du politique face à leurs revendications.

Les syndicats veulent regonfler l’attractivité des métiers du non marchand afin de pallier leurs difficultés à trouver des travailleurs. Malheureusement, leurs revendications restent ignorées, déplorent-ils.

- Lire aussi : Non-machand bruxellois : 7,5 millions, "c’est inacceptable !"

Le cadre budgétaire à revoir à la hausse  !

Le gouvernement bruxellois organise des réunions de travail toutes les deux semaines jusque fin juin avec les organisations syndicales, mais le cadre budgétaire reste ridiculement bas. Ainsi, les syndicats continuent de dénoncer le sous-financement structurel du non marchand et à faire entendre leurs revendications.

Avec le budget actuellement sur la table, il leur est impossible d’obtenir :

- 6% d’augmentation salariale

- 6 jours de congés avec embauches compensatoires

- Des embauches supplémentaires pour baisser la charge de travail

- Des fins de carrière tenables (plan tandem, RTT)

N’oublions pas que les professions qui relèvent du secteur non marchand, comme les travailleurs des soins de santé, des maisons de repos ou de l’Aide à la jeunesse travaillent d’arrache-pied depuis presque un an et permettent à la société de tenir debout.

- Lire aussi : Accord pour le non-marchand : vers les premières concertations

Des mesures concrètes nécessaires

Le gouvernement a déclaré que des mesures doivent être prises pour revaloriser les conditions de travail des travailleurs de première ligne, mais concrètement, rien n’a été fait dans le social-santé, ressort-il du communiqué de presse de la CNE. C’est pourquoi les organisations syndicales ont décidé de maintenir la pression en déposant un préavis de grève.

‘’De nouveaux arrêts de travail auront lieu dans les institutions ce 11 février. Et si le cadre devait rester le même lors de notre rencontre avec les cabinets ce 12 février, les prochaines actions auront lieu le 25 février et le 8 mars’’, souligne la CNE.

- Lire aussi : Négociations pour le non marchand : Pierre-Yves Jeholet fait le point



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus